Juillet 10, 2021
Par Squat.net
283 visites


Berlin (Allemagne): les expulsions locatives peuvent tuer, Mme Scharlach!

Le 31 mai 2021, peu avant son expulsion de chez lui, Peter H. s’est ĂŽtĂ© la vie, dans son appartement de la Adalbertstraße 74. La raison de la mort de Peter rĂ©side sans doute dans le systĂšme capitaliste et dans une jurisprudence pour laquelle la propriĂ©tĂ© privĂ©e compte plus que le besoin des gens d’avoir un toit sur la tĂȘte. Dans ce cas particulier, cependant, le responsable n’est pas un bureaucrate anonyme au sein une entreprise ou d’une sociĂ©tĂ©-Ă©cran, mais sa voisine de longue date, Christine Scharlach, qui l’a poursuivi en justice pour ses fins personnelles. MĂȘme en connaissant la situation de vie difficile de cet homme, elle a insistĂ© pour son prĂ©tendu droit et a intentĂ© une procĂ©dure d’expulsion. Quelle inhumanitĂ© et quelle froideur peuvent avoir certaines personnes?

Maintenant, Peter est mort. Mais la personne qui en est responsable peut continuer Ă  vivre tranquillement sa vie. Nous ne voulons pas l’accepter. Nous voulons que le voisinage et son milieu professionnel sachent Ă  qui ils ont affaire. C’est pourquoi nous avons fait des grands tags sur le bĂątiment de l’Institut de mathĂ©matiques et d’informatique de la Freie UniversitĂ€t de Berlin, oĂč Madame Dr. Christine Scharlach enseigne, pour informer sur qui elle est et se souvenir de Peter. MĂȘme chose Ă  son domicile, qui est aussi l’ancienne maison de Peter, Adalbertstraße 74.

Selon les derniers chiffres, rien qu’à Berlin, il y a eu environ 8 maisons expulsĂ©es chaque jour, en 2019. Cela doit finir !

Rest in Power Peter!

[PubliĂ© le 6 juillet 2021 sur Attaque. Traduit de l’allemand depuis un article publiĂ© sur Kontrapolis le 5 juillet 2021.]




Source: Fr.squat.net