Octobre 10, 2021
Par Le Monde Libertaire
288 visites


La chaĂźne de tĂ©lĂ©vision nationale (dĂšs le dĂ©but de l’article, plein de gros mots !) belge francophone (RTBF), organe de bien-pensance patentĂ©, a lancĂ© une espĂšce d’opĂ©ration consultative et citoyenne , en plusieurs Ă©pisodes, qui permettrait de prendre le pouls de la citoyennetĂ© des Belges. IntitulĂ© du dispositif : « Bye-bye la dĂ©mocratie ? » Durant plusieurs jours, enquĂȘtes et reportages se succĂšdent. Avec un rĂ©sultat qui dĂ©sole profondĂ©ment les chantres du bon vieux parlementarisme Ă  papa.

« Ne tournons pas autour du pot : ce que nous apprenons des enquĂȘtes et reportages rĂ©alisĂ©s en amont est dur, votre ressentiment est flagrant. Il est profond. Un coup de poing. » Bienvenue dans le monde rĂ©el, celui des fins de mois difficile, celui de la prĂ©caritĂ©, du mĂ©pris de classe et des inĂ©galitĂ©s sociales !

Les maĂźtres d’Ɠuvre de l’opĂ©ration enchĂ©rissent : « Car oui, une majoritĂ© ne veut plus de la dĂ©mocratie telle qu’elle est mise en place aujourd’hui. » Tiens donc ?! Et ça vous Ă©tonne ? Peut-on mĂȘme appeler dĂ©mocratie un systĂšme qui repose principalement sur le sacro-saint passage par les urnes pour dĂ©signer des reprĂ©sentant·e·s confortablement installé·e·s dans leurs privilĂšges ? Citoyennes et citoyens belges connaĂźtraient-ils enfin un sursaut libertaire ? Le dĂ©sir les Ă©treindrait-il finalement de dĂ©cider en assemblĂ©e des choix qui les concernent au premier chef ?

Las ! Non, c’est plutĂŽt le contraire, tout le contraire mĂȘme !
 En effet, plus d’un belge sur trois sondĂ©s rĂ©clame « de l’autoritĂ© dite “Ă©clairĂ©e”. Un “bon Poutine” disent certains. » Mince
 DĂ©ception
 Tu t’attendais sans doute Ă  entendre un peuple en liesse rĂ©clamer tout pouvoir aux soviets mais non. Flop total. « Parmi les sondĂ©s, 37,4% des Belges estiment qu’ils sont d’accord voire totalement d’accord avec le fait que la sociĂ©tĂ© serait mieux gĂ©rĂ©e si le pouvoir Ă©tait concentrĂ© dans les mains d’un seul leader. » FlĂ»te alors, c’est donc ça qui les fait frĂ©tiller ? Le fantasme du lider maximo, du fĂŒhrer, du caudillo ? Oh misĂšre, tas de gros nƓuds, vous avez donc rien appris depuis L’Internationale ?! « Il n’est pas de sauveur suprĂȘme, ni dieu ni cĂ©sar ni tribun » 

A ce point, que retenir ? D’abord, est-ce que nous, anarchistes, partageons l’émoi des hĂ©rauts du parlementarisme dĂ©mocratique ? Oui et non. Non, nous ne partageons pas la terreur petite-bourgeoise des auteurs de l’enquĂȘte Bye-bye la dĂ©mocratie. Faut-il s’étonner de voir une partie de la population exprimer son insatisfaction face Ă  un exercice de la dĂ©mocratie reprĂ©sentative dans lequel elle se sent si peu reprĂ©sentĂ©e ? Et ce n’est pas en agitant le hochet de la « participation citoyenne », imposture phĂ©nomĂ©nale bidouillĂ©e par les « grands partis traditionnels » que les colĂšres, les frustrations, le sentiment de ne pas ĂȘtre entendu, Ă©coutĂ©, d’ĂȘtre dĂ©possĂ©dĂ© du pouvoir d’ĂȘtre acteur et actrice de son existence, vont s’attĂ©nuer. Parce que ce type de dĂ©marche, on peut le regretter, s’adresse encore Ă  une catĂ©gorie de la population relativement privilĂ©giĂ©e, dotĂ©e d’un capital symbolique suffisant pour lui donner accĂšs aux codes de l’expression citoyenne.

Il faut toutefois prĂ©venir un risque grandissant de confusion – et nous, compagnons et compagnonnes du groupe Ici & Maintenant l’avons constatĂ© notamment en manif : tout qui est en rĂ©volte contre « le systĂšme » n’est pas nĂ©cessairement anarchiste ! Certains, certaines ont l’air de le croire, quand ils ou elles nous abordent. Mais non ! Nous ne serons jamais favorables Ă  une solution menant Ă  mettre au pouvoir un despote, fĂ»t-il ou fĂ»t-elle Ă©clairĂ©e ! La tyrannie, la dictature, c’est niet, tovaritch ! Malheureusement, le populisme semble amener tout doucement Ă  l’idĂ©e que, vu l’état de la « dĂ©mocratie » dans laquelle nous vivons (il est question de la Belgique, ici et maintenant, Ă  chacune, chacun de transposer selon sa situation), une bonne dictature, eh ben ce ne serait pas plus mal !


Les anarchistes ont toujours refusĂ© et refuseront toujours d’avoir Ă  choisir entre la peste et le cholĂ©ra, prĂ©fĂ©rant toujours l’alternative dans laquelle la libertĂ© et l’égalitĂ© permettent d’établir les bases d’une sociĂ©tĂ© adelphique, dont l’organisation rĂ©pond Ă  des critĂšres d’autogestion, et oĂč l’exercice du pouvoir est systĂ©matiquement dĂ©jouĂ© par des dispositifs de discussion et de prises de dĂ©cision au consensus.

Pour autant, entre deux maux, il convient aussi de prendre nos responsabilitĂ©s. Entre la peste fascisante et le cholĂ©ra du parlementarisme – cette dĂ©mocratie tellement imparfaite -, nous faisons le choix de dĂ©plorer, dans un premier temps, l’affaiblissement du second et de lutter contre la tentation de la premiĂšre.

Toutefois, une autre rĂ©serve survient. En examinant de plus prĂšs les rĂ©sultats du sondage, ainsi que le commentaire de la rĂ©daction de la RTBF l’énonce, il apparaĂźt que : « [
] ce sont surtout les jeunes, les inactifs, les ouvriers et les personnes avec un diplĂŽme de primaire ou de secondaire infĂ©rieur qui veulent un rĂ©gime fort. » A qui la faute ? CrĂ© nom, si cette dĂ©mocratie parlementaire et reprĂ©sentative continue de produire de l’exclusion et du ressentiment, Ă  qui la faute ? DĂ©finitivement, c’est un dĂ©ficit coupable de la capacitĂ© des partis traditionnels, et plus encore ceux dits de gauche (Ă  commencer par le Parti Socialiste), Ă  se faire les dĂ©fenseurs des opprimĂ©s et des opprimĂ©es, Ă  ĂȘtre la voix des sans voix, Ă  demeurer les porte-parole de toutes les victimes du mĂ©pris de classe. Et Ă  s’ĂȘtre convaincu que transformer la sociĂ©tĂ© consistait Ă  s’emparer Ă©lectoralement du pouvoir et Ă  le conserver. Et, le dĂ©tenant, de sauver les apparences en favorisant deux ou trois mesurettes sociĂ©tales, sans avoir la grande ambition d’une sociĂ©tĂ© authentiquement libertaire, Ă©galitaire et adelphique (indistinctement, de frĂšres et de sƓurs). Tous ces accommodements avec la nĂ©cessitĂ© de se plier Ă  la loi du marchĂ©, les compromissions insupportables avec les dĂ©tenteurs et dĂ©tentrices du Capital, ont menĂ© Ă  un complet discrĂ©dit du projet socialiste.

Mais aussi, peut-ĂȘtre, sans doute
 honte Ă  nous, anarchistes, d’avoir Ă©tĂ© incapables de faire entendre cette alternative anti-autoritaire, ce message qui depuis la Commune de Paris est la vĂ©ritable expression de la volontĂ© des peuples de s’organiser sans devoir subir le paternalisme d’une autoritĂ© prĂ©tendument bienveillante. Bienveillante, elle ne l’est jamais, l’autoritĂ©. Le pouvoir est maudit, disons-nous, nous autres anarchistes. Mais Ă  force de nous mĂ©fier de nous rendre trop visibles aux yeux des instances contrĂŽlantes et flicaillesques, nous avons rĂ©ussi l’exploit d’ĂȘtre parfaitement invisibles
 Que les compagnons et compagnonnes de France et d’ailleurs ne le prennent pas pour elles, ici encore, il est question de la situation belge !
 Et c’est bien dommage. Car une rĂ©volution sociale sans les anarchistes, c’est la porte ouverte Ă  la tentation despotique. Cette mĂȘme tentation qui semble devenue plus attractive, aux yeux de plus d’un tiers de la population, qu’une forme de dĂ©mocratie si imparfaite soit-elle, mais aussi que l’alternative anarchiste elle-mĂȘme, qui reprĂ©senterait pourtant une voie oĂč nous pourrions, loin du miroir aux alouettes de la « participation citoyenne », retrouver l’exercice d’une participation authentique aux prises de dĂ©cision concernant nos existences mĂȘme.

Le bruit de bottes commence Ă  monter, la pantoufle des dĂ©mocrate patine Ă  force de s’essuyer au paillasson de l’indignation
 et les anarchistes se sont peut-ĂȘtre comportĂ©s comme de vieilles savates. N’empĂȘche ! La savate, ça dĂ©signe aussi un sport de lutte. Il est temps de se rappeler que les anarchistes, mĂȘme si y en a pas un sur cent, ils ont frappĂ© si fort qu’ils peuvent frapper encore !

Christophe, groupe Ici & Maintenant (Belgique) de la Fédération anarchiste

Liens :
https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_sondage-rtbf-un-quart-des-belges-veulent-la-fin-de-notre-democratie-parlementaire?id=10852475
https://www.rtbf.be/info/dossier/bye-bye-la-democratie/detail_bye-bye-la-democratie-operation-speciale-rtbf-pourquoi-et-comment?id=10853278




Source: Monde-libertaire.fr