Près de deux cents personnes se sont réunis devant la préfecture pour la journée nationale des solidarités en soutien aux sans-papiers et migrants.

Plusieurs prises de paroles de la part de soutiens et de sans-papiers ont demandé la régularisation de tous les sans-papier-ières, comme ça été fait en partie et provisoirement en Italie et au Portugal, le droit au logement, la fermeture des centres de rétention et l’arrêt des violences policières. Des chants se sont fait entendre ainsi que quelques slogans.

Alors que la police se faisait discrète, beaucoup étaient heureux de se retrouver hors confinement en faisant fi de l’interdiction des rassemblements de plus de dix personnes, comme un air de reconquête de la rue. Des occupants du squat du 4, bis rue de La Révolution ont dénoncé leur situation et rappelé le rassemblement de lundi dernier aussi devant la préfecture où des masques confectionnés par l’atelier couture du squat avait été déposés, masques joliment imprimés avec les empreintes digitales des occupants. La situation des migrants mineurs a aussi été évoquée avec l’évacuation par la police mardi dernier d’un début de campement devant le centre départemental de Limoges.

La dispersion s’est faite tranquillement en se donnant rendez-vous les jours et semaines suivants pour continuer à se faire entendre et étendre les luttes.





JPEG - 332 ko
Masque aux empreintes

Article publié le 31 Mai 2020 sur Labogue.info