Mars 24, 2021
Par Questions De Classe
439 visites


Makhno, Durruti, leurs compagnes et compagnons de lutte, – Galina Kouzmenko, Berthe Faber, Louis Lecoin, Francisco Ascaso -, 
, se retrouvent aprĂšs un meeting qui fĂȘte la libĂ©ration de trois anarchistes espagnols le 14 juillet 1927 (Buenaventura Durruti, Francisco Ascaso et Gregorio Jover). Ils prĂ©paraient un attentat contre le roi d’Espagne.

Bruno Loth se saisit de ce moment pour raconter l’anarchisme en acte de Durruti et Makhno, leur engagement politique, leurs parcours, leurs luttes. Pour Durruti, les grĂšves, la rĂ©pression sanglante, l’illĂ©galisme ; pour Makhno l’ukrainien, la rĂ©volte, le bagne, puis aprĂšs 1917, l’auto-organisation des paysans, la lutte contre les Blancs (les tsaristes) d’une part et contre les Rouges (les BolchĂ©viks) d’autre part qui trahissent la rĂ©volution
 L’auteur retrace principalement l’histoire des communes libres d’Ukraine d’inspiration anarchiste puis la Makhnovchtchina, l’insurrection armĂ©e dirigĂ©e par Makhno qui combattit de 1918 Ă  1921 durant la guerre civile russe. L’auteur documente ainsi un rĂ©cit traversĂ© par les deux parcours principaux et permet aux anars prĂ©sents autour d’un verre de confronter des points de vue : pacifisme (Lecoin), violence politique, expropriation, autogestion et de partager leurs idĂ©aux communistes libertaires.

Entretien avec Bruno Loth, scĂ©nariste et dessinateur de la BD Viva l’anarchie ! La rencontre de Makhno et Durruti

Dans Viva l’anarchie !, tu racontes en deux volumes la rencontre entre Makhno, anarchiste ukrainien, Durruti, anarcho-syndicaliste espagnol et Louis Lecoin, pacifiste libertaire français. Peux-tu nous en dire plus sur tes motivations. Une volontĂ© de vulgarisation des idĂ©es anarchistes ?

L’anarchie est un mot tellement galvaudĂ© aujourd’hui, peu de gens en connaissent la
signification Ă  part l’expression “Ni dieu, ni maĂźtre” et en font un synonyme de “grand bazar”. Souvent les anarchistes passent pour de doux rĂȘveurs. J’avais envie de montrer qu’une autre façon de penser existait et que des sociĂ©tĂ©s libertaires avaient eu plus d’importance que ce que l’histoire en faisait… Cela valait bien une BD.

Dans le deuxiĂšme volume, tu mets en scĂšne de maniĂšre approfondie le parcours de Makhno et des rĂ©volutionnaires ukrainiens. Envisages-tu un album sur Durruti et la rĂ©volution espagnole aprĂšs la pĂ©riode dĂ©crite dans ces deux albums ?

J’ai dĂ©jĂ  rĂ©alisĂ© trois BD sur la guerre d’Espagne, Les fantĂŽmes d’Ermo (dans lequel j’évoque longuement Durruti), DolorĂšs et Guernica, pour l’instant j’ai d’autres projets. En ce moment je travaille avec une scĂ©nariste, Flore Talamon, sur des entrevues avec des lanceurs d’alertes, un album qui sortira certainement en Octobre 2021. La couleur, comme dans mes derniĂšres BD sera assurĂ©e par Corentin Loth.

La rencontre Makhno – Durruti a-t-elle un fondement historique ?


Pour ce qui est de la rencontre entre Durruti et Makhno elle a vraiment eu lieu comme je le raconte, mais le contenu de cette rencontre reste trĂšs vague. On sait que Makhno a dit Ă  Durruti que si un jour une rĂ©volution communiste libertaire devait avoir lieu ce serait en Espagne, car le peuple espagnol est un des peuples le plus instruit et Ă©levĂ© politiquement. C’est Ă  cette Ă©poque que naĂźt la FAI (1927) [FĂ©dĂ©ration Anarchiste IbĂ©rique] et la CNT [ConfĂ©dĂ©ration nationale du travail], qui a 20 ans, est puissante et organisĂ©e, malgrĂ© les interdictions de la dictature espagnole. Dans ses Ă©crits Makhno parle explicitement de cette rencontre, Ascaso Ă©galement dans un article, Abel Paz le biographe de Durruti l’évoque aussi, Lecoin en parle dans ses mĂ©moires…

D’oĂč vient ton intĂ©rĂȘt pour l’anarchisme et la rĂ©volution espagnole avec tes albums DolorĂšs, Les FantĂŽmes de Ermo, Guernica et bien sĂ»r Viva l’anarchie ! ?

Je me suis toujours senti proche de ceux qui combattent l’injustice, des rebelles
contre l’ordre Ă©tabli. Mais c’est vers l’age de 25 ans que j’ai commencĂ© Ă  lire vraiment sur ce sujet, le pĂšre de ma compagne ayant participĂ© Ă  la guerre d’Espagne (Berger Aragonais engagĂ© dans une colonne anarchiste, il sera fait prisonnier Ă  Teruel). C’est par lui que je dĂ©couvre et me passionne pour cette pĂ©riode de l’histoire… et puis de livres en livres pour l’anarchie.

Peux-tu nous dire comment s’entrecroisent ton histoire familiale approchĂ©e avec MĂ©moires d’un ouvrier et ton propre parcours personnel et professionnel ?


MĂ©moire d’un ouvrier est tout simplement le parcours de mon pĂšre, son apprentissage et ses dĂ©buts d’ouvrier sur les chantiers navals Ă  Bordeaux de 1935 Ă  1945. Personnellement, j’ai eu un tout autre chemin de vie, bien que ma voie Ă©tait tracĂ©e Ă  l’usine aprĂšs mon CAP, je ne suis restĂ© que trois mois employĂ©. Par facilitĂ© et goĂ»t, je me suis tournĂ© vers le dessin. D’abord illustrateur… puis dessinateur de BD.

Propos recueillis par François Spinner

Bruno Loth (scĂ©nario et dessin), Corentin Loth (couleur), Viva l’anarchie ! La rencontre de Makhno et Durruti, La BoĂźte Ă  Bulles (coll. Hors champ), 2020, 80 p. (t.1), 18,00 € ; 2021, 112 p. (t.2), 20 €.

- Les 8 premiĂšres planches du tome 1 : https://www.la-boite-a-bulles.com/album/567

- Les 8 premiĂšres planches du tome 2 : https://www.la-boite-a-bulles.com/album/622

- Bande annonce (vidĂ©o) : https://www.facebook.com/libredimages/videos/659882981366513

- Site de de Bruno Loth et Corentin Loth : https://www.libredimages.fr/ et https://www.facebook.com/libredimages




Source: Questionsdeclasses.org