Décembre 15, 2022
Par Le Monde Libertaire
108 visites

Ce jeudi 15 décembre, « devait » se tenir à Orléans-la Source, la plénière du conseil d’administration de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne destinée à décider du financement public des méga-bassines.
Je dis « devait » puisque la petite bande de lascars a tout simplement et finement choisi d’annuler leur venue et d’assurer leur huis-clos bien au chaud chez eux, via la sacro-sainte magie de la visioconférence… Bien joué, bien joué… humm… (on est un poil énervé…)

Alors sur place, une fois n’est pas coutume, l’armée de « volailles de plein air », encasquées jusqu’à la moelle était déployée (Hé mais c’est confinement normalement attention à la grippe aviaire les gars, des fois qu’une oie vienne vous ch.… dessus…).
Leur mission : dissuader la horde de paysans et de militants pétrie d’animosité et d’agressivité d’assaillir vilement cette agence de l’eau vide comme nos nappes phréatiques…
(Rires jaunes…)

Dans un froid quasi glacial, ce n’est pas une dangereuse meute mais un bon vieux rassemblement chaleureux et bon-vivant qui se tenait là. Un traditionnel banquet qu’on a désormais l’habitude de retrouver quand on fricote avec les paysans. La bonne soupe chaude, l’houmous délicieux, le pâté, le fromage, le café… De quoi se retrouver, se ravitailler, se réchauffer, chanter, se rencontrer et discuter tout bêtement. Mais on comprend que voyant cette bande de dangereux ahuris, les membres du CA de l’Agence de l’eau aient pris leurs jambes à leur cou, punaise on risquait de leur offrir une tartine… (certes, peut-être en pleine gueule, mais une tartine gratos quand même…)

Parmi les Collectifs Bassine Non merci, le groupe Gaston Couté a pointé le bout de son nez aux côtés des copaines de la Conf’ et c’était chouette ! On y a croisé aussi Greenpeace, Attac, le NPA, LFI (qui ne rate pas une occasion de propagander au micro…zzzz…) mais aussi un sénateur mazette… !

Alors ce n’était pas Saint-Soline, le rassemblement n’a pas mobilisé autant qu’on aurait pu le souhaiter, même si les camarades se sont déplacés d’un peu partout en France. Nous étions environ deux cent, paysan.ne.s et militantes confondu.e.s.

Située dans une zone excentrée, la route ayant été bloquée, le CA absent, plus de points de pression, peu de journalistes, pas de passage… la mobilisation a été comme confisquée, nous laissant dans une ambiance un poil étrange. La fuite face à la fronde, bonne vieille stratégie… Peut-être aurait on dû aller manifester à Varennes ??
Cela pose question sur le type d’actions à mener à l’avenir.

Une délégation a malgré tout été autorisée à entrer dans l’Agence et a bénéficié d’une heure d’audience, afin d’exposer les revendications… en visio… Technocratie quand tu nous tiens…
Parmi les requêtes : la suspension des financements pour les multiples projets de construction de méga-bassines, transparence des financements…
À leur retour, la délégation a l’impression d’avoir au moins été « écoutée ».
Quand la sourde oreille écoute on est tout de suite rassuré…
Le combat ne s’arrête pas là !

NO BASSARAN !

Blandine (ouvrière agricole, Groupe Gaston Couté FA, Loiret)




Source: Monde-libertaire.fr