Janvier 31, 2018
Par Squat.net
43 visites


Aujourd’hui, le 24 janvier 2018 vers 7 heures du matin, 10 fourgons de police ont expulsé la Kantonada, un bâtiment occupé depuis plus de 3 ans sur l’avenue Gaudi. Les Mossos d’Esquadra [flics catalans] ont mis plus de 8 heures à réaliser l’expulsion, car il y avait deux squatteuses à l’intérieur qui résistaient. Nous remercions toutes les copines présentes durant le rassemblement pour le soutien et la solidarité.

En ce moment a lieu une vague d’expulsions qui aide à comprendre ce qui est voulu de Barcelone; un prototype de ville fondée sur la spéculation et la massification touristique. La Kantonada est située au centre même de cette folie qui nous détruit en tant que voisin.e.s et réduit nos quartiers à de la pure marchandise. Antoni Vila Casa, le propriétaire actuel de l’immeuble via l’entreprise Tonim SL est un prédateur de la spéculation qui se fait passer pour philanthrope pour laver son
argent et son image au moyen de fondations artistiques. Nous savons parfaitement qu’ils et elles veulent convertir le Kantonada en une pièce supplémentaire de la fièvre touristique qui détruit la ville et ses habitant.e.s. C’est pourquoi nous nous refusons à être victimes et passives face aux dynamiques propres au capitalisme.

Nous sommes Kantonada. Nous sommes les parias de ce système pourri. Si le patriarcat nous a appris à abandonner des foyers, nous apprenons à en construire de nouveaux. Si le capitalisme nous a appris à posséder la misère, nous apprenons à n’avoir plus rien à perdre. Si l’impérialisme européen nous a appris à assigner un prix à la terre, nous apprenons à voler des rêves à ciel ouvert. Si la politique nous a appris à tuer et à semer la peur, nous apprenons à défendre la vie et à le faire ensemble.

Vous avez entendu ? C’est le bruit des murs qui s’effondrent, c’est celui de notre rage qui répond. Nos foyers ne tomberont jamais, car ils ne sont pas faits de pierres.

Aucune expulsion sans réponse !
¡Salud y ocupación!

Karcelona, janvier 2018.

[Traduction d’un communiqué publié initialement en espagnol sur le blog de la Kantonada.]




Source: