Mai 7, 2016
Par Collectif Emma Goldman
69 visites


Crédit photo: Ma’an News.

 Pour une quatrième journée consécutive, l’armée israélienne a mené des frappes dans le sud de la bande de Gaza. Heureusement, elles n’ont pas fait de mort et de blessé. Le Hamas a déclaré ne pas vouloir la guerre, mais que l’organisation n’allait pas laisser sans réponse les agressions et les incursions sur le territoire gazaouï par l’armée coloniale israélienne. C’est une nouvelle violation de la « trêve » de 2014.

Crédit photo: Ma’an News.
En périphérie est de la ville de Gaza, un groupe de bergers palestiniens a été attaqué par des soldats israéliens. Selon des témoins, les tirs provenaient d’une tour de guet proche de la base militaire Nahal Oz. Cette pratique est très répandue dans l’armée israélienne. Les fermiers.ères et pêcheurs.euses sont souvent la cible de tirs et de harcèlement par les soldats de la Tsahal. Selon le Centre palestinien pour les droits humains, 35 % des terres agricoles palestiniennes de la bande de Gaza sont inaccessibles aux fermiers sans que ceux-ci mettent leur vie en danger. Depuis 2007, la bande de Gaza subit un blocus imposé par l’État colonial d’Israël, asphyxiant totalement l’économie gazaouïe. Pour bon nombre de Palestinien.ne.s, ce blocus engendre une mort à petit feu. La population de la bande de Gaza craint une nouvelle guerre menée par Israël qui pourrait être encore plus sanglante que « Bordure protectrice » en 2014. 



Source: