Avril 22, 2021
Par Squat.net
208 visites


Ensemble contre le vide ! – Qui est propriétaire?
Du 17 au 23 avril, partout.

Avec l’aggravation rapide des inégalités structurelles, l’absence de solutions et la crise économique amplifiée par Corona, un vide s’est installé dans beaucoup de nos esprits, nos corps, nos projets d’avenir, nos interactions sociales, nos relations et nos portefeuilles.
Rester à la maison et ne rien faire ? Nous avons une autre idée de la solidarité ! Dénonçons ensemble les griefs ! Montrons où sont enterrés les problèmes de la crise ! Remettons en question les principes de notre société ! Partageons nos expériences ! L’heure est aux solutions non conventionnelles ! La désobéissance civile est plus qu’appropriée ! La solidarité pieds et poings liés peut être vécue ! Ensemble contre le vide !


Ce matin, 21 avril, la Florastrasse 23 a été squattée. La maison est vide depuis un an et aurait dû être à nouveau habitée . Le propriétaire, cependant, n’était pas heureux de cette nouvelle et, sans plus attendre, a appelé la police. Une discussion constructive ou toute autre négociation entre les squatters et le propriétaire n’a malheureusement pas été possible. La maison a été expulsée par la police après quelques heures. Il n’y a pas eu d’arrestation.

L’appel des journées d’action « Ensemble contre le vide ! – Qui est propriétaire? ».

Qui est propriétaire ? Quelles sont les raisons du vide ?

Il existe de nombreuses maisons, appartements et bureaux vides à Bâle et dans toute la Suisse. Les raisons sont (en bref) la spéculation immobilière, les rénovations totales ou les processus de mise aux normes, les conflits familiaux après un héritage, les projets de construction en suspens en raison de la réglementation ou de la paresse du propriétaire. La liste des raisons est longue et tout le monde connaît la lutte permanente pour le logement, la lutte pour la ville, la lutte pour des espaces – mais il ne faut pas s’attendre à des changements sérieux dans un système où le capital règne. La lutte pour le logement reste l’affaire des locataires et de celleux qui les soutiennent. Le bien (donc la propriété) est protégé comme le bien suprême.
Vous trouverez de plus amples informations sur la situation qui donne à réfléchir « Qui est propriétaire? », ainsi que des faits sur la situation de l’immobilier et de ses propriétaires à Bâle, par exemple ici.

L’espace comme un privilège

Alors que certain.es peuvent se permettre de laisser des maisons vides pendant des années, d’autres ont un accès très limité au logement. Les personnes touchées sont celles qui n’ont pas de toit, qui ne peuvent pas se permettre d’acheter un logement sur le marché, qui se voient refuser un espace par des processus bureaucratiques et des normes discriminatoires. – tous celleux qui ont peu d’opportunités pour un foyer digne et autodéterminé !
Les personnes vivant dans les camps n’ont pas d’endroit où se retirer, pas d’accès à de bons soins de santé, ont dû vivre ensemble dans des espaces exigus dans des bunkers (CRA) pendant Corona (voir brochure 3rgg)

Les personnes qui se trouvent dans la structure d’aide d’urgence ne bénéficient pas d’un espace de vie, mais des bons pour les installations d’hébergement d’urgence surpeuplées sont distribués. L’hébergement d’urgence est lié à plusieurs obstacles racistes et à l’expulsion des personnes sans passeport suisse, comme le montre l’exemple de février 2021. Un groupe de Roms a été exempté des frais d’hébergement dans le centre d’hébergement d’urgence pendant deux semaines, à condition qu’ils s’occupent de leur « retour au pays » dans les deux semaines ou qu’ils se présentent au bureau des migrations et risquent ainsi une expulsion probable. Ainsi, le lieu d’hébergement d’urgence est resté vide à nouveau après peu de temps.

Dans la région de Bâle, le centre d’hébergement d’urgence peut accueillir 25 femmes et 75 hommes. Rien que dans la ville de Bâle, 175 personnes vivent dans la structure d’aide d’urgence, auxquelles s’ajoutent les personnes sans abri – ces seuls chiffres montrent, par comparaison, que le système de la structure d’aide d’urgence ne fonctionne pas. En outre, le lieu de couchage d’urgence – tant pour les personnes de la structure d’urgence que pour les autres personnes sans abri – ne sert pas de lieu d’hébergement, mais est fermé de 8h00 à 20h00. Où les personnes sans domicile devraient-elles passer leurs journées pendant la crise de Corona et en général ? (voir 3 Rosen Gegen Grenzen)

« Un foyer pour toustes »

Pour nous, un foyer est un espace dont tout le monde a besoin et dont personne ne devrait être privé. Un espace qui doit être renforçant, un (petit) espace libre personnel, un espace protecteur. Pour rester en bonne santé, aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de cet espace, de la possibilité d’hygiène, de la possibilité de se retirer, de se reposer, de la possibilité de prendre soin de soi physiquement et psychologiquement.
Avec le Corona, la situation est devenue plus précaire pour de nombreuses personnes. Les personnes ayant zéro budget sont renvoyées à la vie commune dans un espace réduit. Les personnes LGBTQIA+ sont encore plus exposées à la violence domestique, à la garde parallèle des enfants et au bureau à domicile. La liste des griefs est longue, qui sont liés au problème de « Qui est propriétaire ? ». Une maison est plus importante aujourd’hui que jamais !
La campagne de Zurich « Un foyer pour toustes », qui était lancée en avril 2020, repose sur une solide idée de solidarité comme mesure de lutte contre la crise. Les personnes sans domicile devraient pouvoir utiliser les maisons vides comme abri.
Le squat comme moyen de remplir les nombreux espaces inutilisés.
Nous nous joignons aux propositions de Zurich « Un foyer pour toustes » et demandons :
– Vous êtes propriétaire d’un logement et vos propriétés sont vides ? Ouvrez-les à celleux qui n’ont pas de maison ! Ouvrez-les aux personnes qui sont enfermées dans des camps !
– Ouvrez les chambres d’hôtel comme espace de vie ! Abolir le système Airbnb
– Pour tous les autres : Si les grandes entreprises et autres ne veulent pas partager leurs propriétés : Squatter une maison. Partagez-la avec celleux qui n’en ont pas. Exigez la justice. »

Avec cette occupation, nous offrons une solution directe à la situation à Bâle. Nous occupons une maison vide depuis longtemps et demandons aux propriétaires de nous la céder pour les frais d’eau et d’électricité.
La solidarité est plus que du savon et de garder la distance.

Les mêmes exigences s’appliquent à Bâle, à Zurich et partout ailleurs :
– Une maison pour toustes. (Avec leur maison contre la crise)
– Pour toustes, la possibilité de se protéger.
– Pour toustes, une existence sûre.
– Fermeture immédiate de tous les camps et prisons.


Lausanne: Stop au Vide

A Lausanne, comme dans d’autres villes suisses, les inégalités existantes ont été renforcées par la situation sanitaire que l’on traverse depuis plus d’un an. Nous sommes solidaires avec celles et ceux qui sont touché-x-es par les divers dysfonctionnements sociaux.

Rester à la maison. Risquer sa vie

La violence domestique est inacceptable ! Quand on est forcé-x-e à rester plus souvent à la maison, avoir un chez-soi sûr et où l’on se sent à l’aise devient encore plus important ! Cela ne va pas de soi pour tout le monde.

Remplissons des maisons. Sauvons des vies

Les sans-abri et les centres d’accueil saturés peuvent difficilement mettre en place des précautions hygiéniques adéquates. Dans la plupart des cas, le quotidien des sans-abris est déjà difficile. Il devient encore plus précaire. L’accès au logement doit être assuré pour tout le monde !

Spéculer sur des logements. Jouer avec des vies.

Trop de logements restent vides au bénéfice d’investisseurs-x-euses qui spéculent sur le marché de l’immobilier. Les mesures sanitaires ont un impact réel sur les revenus de personnes en situation financière déjà délicate et incertaine. Cela est incompatible avec l’augmentation continue des loyers causée par la spéculation !

STOP AU VIDE / GEMEINSAM GEGEN LEERE
gegenleere [at] immerda [point] ch
https://gemeinsamgegenleere.blackblogs.org/


Des squats en Suisse: https://radar.squat.net/fr/groups/country/CH/squated/squat
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) en Suisse: https://radar.squat.net/fr/groups/country/CH
Des événements en Suisse: https://radar.squat.net/fr/events/country/CH


« Stop au vide » le 21 avril 2021 https://gemeinsamgegenleere.blackblogs.org/2021/04/21/stop-au-vide/




Source: Fr.squat.net