Juillet 7, 2021
Par Lundi matin
297 visites


François Pinault est la 27e personne la plus riche de la planĂšte. Sa fortune est Ă©valuĂ©e Ă  42,3 milliards de dollars par le magazine Forbes. Il vient de s’acheter un musĂ©e d’art moderne, installĂ© dans les bĂątiments de l’ancienne Bourse de commerce Ă  Paris. Ce poĂšme lui est dĂ©diĂ©.

François P. se gargarise,

car il vient d’inaugurer son PanthĂ©on !

La nouvelle bourse du commerce tiens donc,

et ça se dit homme d’affaire non conventionnel !!!?

Celui qui a Ă©changĂ© son cerveau contre des tas d’or bravo ?!

Je voudrais te dire sincĂšrement, brave P,

(et je ne doute pas que tu saches apprĂ©cier l’usage de cette Ă©motion rare),

comme je trouve Ă  quel point tu es pitoyable.

Regarde : l’énormitĂ© de ta vanitĂ© et de ton Ă©gocentrisme puĂ©ril s’étale partout.

Alors que les dégùts sociaux et environnementaux

que causent ton genre de rĂ©ussite « exceptionnelle et exemplaire Â» ne sont plus a dĂ©montrer. Tu voudrais que l’on se pĂąme devant ta gĂ©nĂ©rositĂ©

de mĂ©cĂšne accomplit, non conformiste ahaha !?

Tu nous prend vraiment pour des demeurés.

Tu crois qu’on est stupide au point de s’illusionner

sur le sens et l’intĂ©rĂȘt de tes Ă©talages

et Ă©difications de monuments qui font histoire,

c’est à dire TON histoire,

celle rendue possible grñce au pouvoir absolu de l’argent,

l’ultra-libĂ©ralisme en grande pompe.

On te voit comme les autres.

Rien d’autre qu’un nouveau souverain (auto-proclamĂ©)

qui ose brandir fiĂšrement son obscĂšne butin,

extorquĂ© sournoisement si ce n’est violemment Ă  des millions

de petites mains et au dépend de la santé

organique, physique et mentale de quasiment

tout ce qui n’est pas lui.

Comme quelques uns de tes semblables,

monstres d’agressivitĂ© gavĂ©s et auto-complaisants,

tu te branles,

en agitant tes milliards de millions.

Maitres fanatiques du cour de la bourse, collectionneurs nécrophiles

accrocs Ă  la domination sous toute ses manifestations,

vous et tous vos sous-fifres technocrates

et autres courtisans tenus en laisse

représentez tout simplement

pour quelques uns d’entre nous,

l’abjection, ou bien si on veut plus de retenue : la misĂšre.

Heureusement vous ĂȘtes tous tristes Ă  mourrir et trĂšs bientĂŽt

vos algorithmes trop complexes pour ĂȘtre maitrisĂ©s ainsi que votre inanitĂ©,

finiront par avoir votre peau.

Comme la grenouille de la fable forcément.

Et en attendant, brossez bien consciencieusement vos belles dents,

pendant que votre monde de faux semblants remplit de béton,

se fissure fatalement.

Iris Messidor




Source: Lundi.am