Mai 3, 2019
Par REFLEXes
284 visites


La crĂ©mation d’Emmanuel Ratier hier au cimetiĂšre du PĂšre Lachaise marque un peu plus, s’il en fallait, la fin d’une Ă©poque et l’effacement de l’extrĂȘme droite activiste issue des annĂ©es 1960 et 70. Nous ne reviendrons pas sur son itinĂ©raire politique et professionnel : nous avons eu l’occasion de le faire il y a quelques annĂ©es dans un pastiche de sa lettre d’information, MĂ©faits et Documents, qui avait Ă  l’époque suscitĂ© son ire. Si notre publication avait pris la forme du pastiche pour Ă©viter des poursuites judiciaires auxquelles E. Ratier pensa un moment, les informations qu’elle contenait Ă©taient justes, Ă  une ou deux approximations prĂšs Ă  l’époque.


Tout au plus pouvons nous ajouter que contrairement Ă  d’autres, nous ne considĂ©rions pas Emmanuel Ratier comme un adepte de l’explication du complot, ne serait-ce que parce que lui-mĂȘme l’avait affirmĂ© dans des interviews passĂ©es. Par contre sa tĂ©nacitĂ© contre les rĂ©seaux d’influence en place n’avait rien de rĂ©volutionnaire : il n’entendait pas lutter contre les rĂ©seaux en gĂ©nĂ©ral mais uniquement contre ceux qui lui semblaient menacer le cƓur de son combat : l’identitĂ© blanche de la nation française et de l’Europe. Il n’a donc eu de cesse de crĂ©er d’autres rĂ©seaux, susceptibles de pouvoir contrer, voire remplacer, ceux existant et en prĂ©sentant les mĂȘmes caractĂ©ristiques de secret et de discrĂ©tion. Le Cercle du Dernier Lundi fondĂ© il y a une vingtaine d’annĂ©es en Ă©tait le meilleur exemple et la disparition de son principal animateur en fragilise bien Ă©videmment l’existence future.

Cette dimension rĂ©ticulaire de l’action d’Emmanuel Ratier s’est d’ailleurs parfaitement manifestĂ©e par l’éclectisme des personnes que l’on pouvait apercevoir hier sur le parvis du funerarium du PĂšre Lachaise : de Jean-Marie Le Pen Ă  FrĂ©dĂ©ric Chatillon, d’Alain Soral Ă  Aymeric Chauprade, de Pierre Vial Ă  Henri de Lesquen, toutes les chapelles de l’extrĂȘme droite Ă©taient reprĂ©sentĂ©es par leurs figures dirigeantes, Ă  l’exception des Identitaires et du FN marinisĂ©. Ceci ne porte d’ailleurs pas forcĂ©ment de signification, les responsables de ces mouvements ayant pu faire parvenir des messages de sympathie Ă  la famille. Les inflexions des Identitaires ces 10 derniĂšres annĂ©es dans une lutte obsessionnellement anti-musulmane et les accointances passĂ©es avec la LDJ ne pouvaient cependant qu’éloigner ce mouvement des centres d’intĂ©rĂȘt de Ratier.
DeuxiĂšme aspect important du leg d’Emmanuel Ratier : la documentation. DĂšs la disparition du journaliste, elle a attisĂ© la fiĂšvre des spĂ©cialistes de l’extrĂȘme droite qui se sont tous demandĂ©s ce qu’elle allait devenir. Il se trouve qu’Emmanuel Ratier y avait pensĂ© puisqu’il avait fondĂ© ce printemps avec d’anciens compagnons de route de toujours, y compris de sa derniĂšre expĂ©rience politique avec le MNR (Eric Delcroix, Anne BrassiĂ©, Francis Bergeron et Philippe Asselin), une association intitulĂ©e Archives associatives du Vexin dont la raison sociale est la « sauvegarde de la mĂ©moire française et europĂ©enne ». Les archives existantes vont donc ĂȘtre conservĂ©es, Francis Bergeron ayant une petite expĂ©rience dans ce domaine. Mais notre expĂ©rience, aprĂšs la disparition de notre vieux camarade Maurice il y a de cela quelques annĂ©es, nous enseigne qu’il est trĂšs difficile de remplacer un documentaliste, a fortiori lorsqu’il pouvait avoir la capacitĂ© de travail d’Emmanuel Ratier, sans parler des liens individuels tissĂ©s par le journaliste. Imagine-t-on par exemple certains franc-maçons qui, pour des motivations variĂ©es, distillaient leurs informations Ă  E. Ratier continuer Ă  le faire avec des inconnus ou du moins des militants n’ayant pas la rĂ©putation de secret et de fiabilitĂ© du journaliste dĂ©cĂ©dĂ© ?
Dernier point : la librairie Facta qui est l’une des derniùres existant sur Paris et sur laquelle toutes les conjectures sont possibles.
Au delĂ  de tous ces aspects, le coup est dur pour l’extrĂȘme droite radicale qui perd, deux ans aprĂšs le suicide de Dominique Venner, l’une de ses figures les plus essentielles.

Membres du MAS Paris rendant hommage Ă  Emmanuel Ratier devant la librairie FACTA dans le 9Ăšme arrondissement de Paris.

Cet article est libre de droit, mais nous vous demandons de bien vouloir en préciser la source si vous en reprenez les infos :
REFLEXes http://reflexes.samizdat.net , contact : reflexes(a)samizdat.net




Source: