Juillet 23, 2021
Par Dijoncter
353 visites


Vendredi 16 juillet 2019, quelques activistes de l’Assemblée Populaire d’Auxerre se sont fait le relai des réactions de l’assemblée à la dernière allocution du locataire de l’Élysée par différents affichages dans la ville d’Auxerre.

Tout d’abord le retour de notre traditionnelle banderole en “Soutien aux soignants en lutte” comme à l’annonce de chaque nouvelle “vague” sur les grilles de l’hôpital à côté d’une partie de nos précédents affichages demandant que les plus riches participent au paiement de la dette et des affichages mis en place par personnels de l’hôpital (tout en raccrochant les banderoles qui le nécessitaient).

JPEG - 255.5 ko

Otages d’une gestion calamiteuse de la crise sanitaire et de l’abandon de l’hôpital public par nos politiques depuis des années, ils œuvrent sans reconnaissance à la hauteur de leur engagement. Après les avoir envoyés au front sans équipement, après les avoir fait travailler en étant covid positif [1], on entend désormais leur imposer une vaccination sous peine de sanctions financières.

Première ligne des premières lignes, ils auront tout essuyé et le soutien de la population leur est nécessaire.

JPEG - 273.7 ko

Quoique minorée par la plupart des médias, l’annonce sans ciller du maintien de la réforme chômage pour le 1er octobre alors que celle des retraites reste légitimement repoussée jusqu’à la fin de la crise sanitaire, est encore une attaque frontale contre un peuple en souffrance.

Le nouveau calcul des allocations a été suspendu par le conseil d’État parce que justement celui-ci pense que la période n’est pas propice à cette réforme [2]. Réforme qui sera dommageable pour les plus précaires quand la crise n’a fait qu’empirer la précarité.

C’est pourquoi, des affichages ont été mis en place face à pôle-emploi avec des inscriptions rappelant que c’est le chômage qu’il faut combattre, pas les chômeurs.

JPEG - 464.2 ko

Enfin, un dernier affichage a été mis en place sur la rocade d’Auxerre indiquant un “non au pass sanitaire jaune sur fond blanc”, il résume globalement notre position sur le sujet.

Le pass sanitaire tel qu’il est mis en œuvre est contraire aux dispositions de protection de nos vies privées votées par les parlementaires et les sénateurs quant à la sécurisation des données des utilisateurs [3].

Le pass sanitaire tel qu’il est mis en œuvre impose de disposer d’une pièce d’identité ce qui n’est imposé dans aucun texte de loi préalable [4].

Cette mesure sous motif de sécurité sanitaire va banaliser des pratiques de surveillance massive, déjà largement encouragées par les dernières lois comme la Loi Sécurité Globale.

Enfin, au-delà des atteintes graves à nos libertés liées à ce pass sanitaire, sa mise en œuvre dans la panique d’une nouvelle vague sous forme de contrainte lourde, nous semble nuire gravement au consentement éclairé nécessaire à tout acte médical.

Depuis le début de cette crise, le chef de l’État prend des décisions unilatérales sans se soucier de respecter la loi, la constitution ou les choix des représentants élus. Ces dérives autoritaires s’habillent de sécurité sanitaire pour nous être imposées.

Non à la démocrature, pouvoir au peuple.

16 juillet 2021, pour l’Assemblée Populaire d’Auxerre.




Source: Dijoncter.info