Décembre 12, 2022
Par Le Numéro Zéro
190 visites

Dans ce nouvel épisode, on discute avec la sociologue Violaine Girard du vote pour l’extrême droite mais sous un angle un peu inhabituel : celui des politiques industrielles et d’aménagement urbain qui ont contribué à façonner un « peuple de droite ». Un podcast de l’émission « Minuit dans le siècle » de Ugo Palheta.

ÉCOUTER L’ÉMISSION ICI

Dans son livre « Le vote FN au village » (éd. Le Croquant), elle montre en effet à quel point le vote pour le FN/RN doit être lu en lien avec ce qui se joue au travail mais aussi dans l’espace résidentiel. Elle insiste également sur le fait que les pouvoirs publics ont façonné une classe ouvrière conservatrice en implantant de nouvelles industries dans des territoires marqués par une faiblesse des solidarités collectives (notamment syndicales), mais ont aussi mené – sans le dire – des politiques de peuplement visant à construire ou maintenir un entre-soi blanc. Si l’éloge de la « valeur travail » et de la « méritocratie » mais aussi la stigmatisation des « assistés », de l’immigration et des quartiers populaires avaient permis à Nicolas Sarkozy de s’attirer les votes d’une partie des travailleurs·ses de ces territoires, la déception et la défiance vis-à-vis des élites politiques traditionnelles les a fait pencher largement depuis vers Marine Le Pen et l’extrême droite. On voit donc moins ici le basculement des classes populaires de la gauche vers l’extrême droite que la radicalisation d’un « peuple de droite », dans un contexte de montée des concurrences sur le marché du travail et dans l’espace résidentiel.




Source: Lenumerozero.info