Aujourd’hui ultra libéraliste et individualiste le mouvement américain du Tea Party a profondément mué pour devenir le symbole d’un capitalisme débridé. Retour sur les origines d’un mouvement contestataire aujourd’hui largement critiquable.

En cette fin d’année se déroule une fête chère au cœur de nombreux américains : Thanksgiving. Si cette tradition et son histoire nous sont facilement accessible du fait de nombreux films et séries traitant du sujet, il est certains événements qui sont davantage méconnus. Ces luttes lointaines ont pourtant parfois une place cruciale dans l’histoire des Etats Unis d’Amérique. La fameuse Boston Tea Party est de cette trempe.

Aux origines du mouvement contestataire

 - 101.9 ko
Le thé jeté par dessus bord

Le Boston Tea Party fut une révolte politique dirigée à l’encontre du gouvernement britannique. Cette contestation se déroula dans le port de Boston où de nombreux bateaux furent contraints de jeter leur cargaisons de thé par dessus bord.

Ce mouvement fut ainsi née en 1773 et tira son nom de deux points précis :

  • TEA était l’acronyme de Taxed Enough Already (= déjà suffisamment imposés) : signifiant ainsi aux britanniques que les colonies américaines ne souhaitaient plus être étranglées par les taxes qui leur étaient imposées
  • Tea fait également référence aux cargaisons de thé qui étaient jetée des bateaux par dessus bord, directement dans le port de Boston


Pourquoi le Tea Party est né ?

Pour comprendre l’origine de ce mouvement contestataire il faut s’intéresser au Stamp Act en 1765. Cette loi permettait à la Grande Bretagne de taxer ses colonies américaines. Cette décision a été très mal vécue par les habitants américains car ceux ci n’avaient aucun représentant au parlement britannique. Ne se sentant pas impliquée dans les décisions du gouvernement, de nombreux citoyens estimaient ne pas avoir à payer pour celui-ci.

Le thé était alors au cœur du problème car celui-ci était l’un des produits les plus taxés. Il devint alors le symbole même de la lutte contre la couronne britannique. Un boycott du thé vendu par la célèbre compagnie des indes orientales fut mis en place.


Cependant, à partir de 1773, l’entreprise eu d’énormes dettes et d’énormes stocks de thé à écouler. Le gouvernement britannique permit ainsi à l’entreprise de vendre du thé aux colonies sans payer aucune taxe : cela provoqua la ruine des marchands indépendants et la colère des colons d’Amérique. De là naquit une série d’évènements qui se succédèrent pour mener à la boston tea party puis, par la suite, à la guerre d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique.

Que reste t-il du mouvement aujourd’hui ?

Longtemps oublié, le mouvement s’est mué pour refaire surface en 2008 pour dénoncer avec fracas le plan de sauvetage et de relance prévu par le gouvernement américain vis à vis du secteur bancaire alors en crise. En effet, les membres du Tea Party “moderne” dénoncèrent l’ampleur de l’investissement à réaliser (787 milliards de dollars) pour sauver le secteur bancaire. N’ayant pu faire reculer le gouvernement sur le plan d’aide le mouvement ne s’est pas non plus estompé et a même fortement gagné en intensité et en importance.

Le mouvement est pourtant grandement critiqué et a juste titre pour sa logique capitaliste et trop libéraliste. En effet, aujourd’hui, la raison d’être initiale du mouvement du tea party, à savoir une lutte pour ses droits à être représenté dans les décisions du gouvernement, n’est plus défendue. Il ne s’agit plus ici d’américains souhaitant faire valoir leur droit face aux britanniques mais d’une lutte plus individualiste. Il ne s’agit plus aujourd’hui d’affirmer son indépendance face à un gouvernement extérieur mais d’affirmer son individualité vis à vis de son propre gouvernement. C’est une nouvelle forme de démonstration de la nature toujours plus personnelle et individualiste de notre société. Il est pourtant crucial de remonter aux origines du mouvement pour comprendre son essence et saisir la mutation qu’il a subi afin de pouvoir le critiquer et le questionner en toute connaissance de causes.

Source: http://lepressoir-info.org/spip.php?article1345 -