Mars 21, 2018
Par Contretemps
384 visites


Dans cette première partie d’une étude sur la situation politique et sociale au Portugal (publiée en anglais pour la fondation Rosa Luxemburg), Catarina Príncipe revient sur les effets du régime austéritaire imposé à la population suite à la crise financière de 2007-2008. Elle interroge également l’échec des mouvements sociaux à faire reculer la classe dirigeante malgré l’ampleur des coupes budgétaires et leur impopularité, ainsi que sur les hauts et les bas de la gauche radicale.




Source: