Décembre 3, 2020
Par CQFD
165 visites


Quelques articles seront mis en ligne au cours du mois. Les autres seront archivés sur notre site progressivement, après la parution du prochain numéro. Ce qui vous laisse tout le temps d’aller saluer votre marchand de journaux ou de vous abonner

Actualités d’ici et d’ailleurs

- L’article 24 qui cache la forêt autoritaire – La loi « Sécurité globale » va bien au-delà de l’interdiction de diffuser des images « malveillantes » de policiers. Entre autres joyeusetés, elle autorise les pandores à utiliser des drones. Un basculement décisif vers la société de contrôle technologique rêvée par le ministère de l’Intérieur dans son tout récent Livre blanc de la sécurité intérieure.

- L’éducation populaire mise au pas – Parce qu’elles sont soumises à un contrôle accru et à un conditionnement de leur financement, certaines associations d’éducation populaire finissent par accompagner l’État dans ses dérives réactionnaires. Du soutien au Service national universel à la ratification d’une déclaration contre le « séparatisme », l’éduc’ pop’ prend l’eau.

Par Clément Buée {JPEG}

- Appel à « l’action directe » : un média indépendant face à la justice – Après la publication d’un article prônant le sabotage comme mode d’action politique, le média participatif drômois Ricochets s’est retrouvé dans le viseur de la justice. à l’issue d’impressionnantes investigations qui ont mené les enquêteurs jusqu’en Belgique, un des bénévoles du site internet a été jugé pour « provocation à la commission de destructions ». Sa relaxe ne fait qu’interroger davantage sur les motivations sous-jacentes de l’enquête.

- Le privilège du fusil, la plage interdite et les décisions de Paris – Pour ce deuxième confinement, seuls les chasseurs ont profité de
l’« approche différenciée » promise par le Premier ministre Jean Castex. Les autres n’avaient qu’à bien se tenir, obligés de rester à la maison ou d’aller docilement travailler… Échos des Pyrénées.

- Nettoyage à sec pour les salariées d’Onet – Au début de l’été, les femmes de ménage de l’hôpital de Valenciennes se sont mises en grève. Dans leur viseur, le montant dérisoire de la prime « Covid » promise par Onet, l’entreprise qui les emploie pour le compte de l’établissement public. Cinq mois après leur mobilisation, à quoi ressemble leur quotidien ?

- Amazon apocalypse – Face au colosse de la vente en ligne, une partie de l’édition française a décidé d’entrer en résistance : elle ne distribuera plus ses livres sur Amazon. Plus qu’un conflit purement mercantile, un choix de société.

- Dans l’Algérie « nouvelle », la répression tourne à plein régime – Après avoir réussi à déboulonner l’inoxydable Bouteflika, les protestataires algérien•nes ont continué des mois durant à battre le pavé pour « dégager la mafia au pouvoir ». Mais près de deux ans après le surgissement de février 2019, l’heure est à la gueule de bois… et à la répression tous azimuts.

- Le trumpisme est plus fort que jamais – Camionneur à la retraite, John Marcotte a milité au sein d’un courant marxiste humaniste influencé par l’intellectuel caribéen C.L.R. James. Il nous envoie d’outre-Atlantique son analyse post-électorale amère sur une nation gangrenée par le racisme depuis ses origines.

Dossier « Imaginaires »

Par Manoï {JPEG}

- Demain respire encore – « Nous vivons dans un monde plutôt désagréable, où non seulement les gens mais les pouvoirs établis ont intérêt à nous communiquer des affects tristes, disait Deleuze. La tristesse, les affects tristes, sont tous ceux qui diminuent notre puissance d’agir. Les pouvoirs établis ont besoin de nos tristesses pour faire de nous des esclaves. » Et si on reprenait le contrôle de nos imaginaires pour tracer d’autres horizons ?

- Armer nos imaginaires – Dans Plutôt Couler en beauté que flotter sans grâce (Libertalia, 2019), Corinne Morel Darleux s’appuyait sur les figures de Pasolini, Bernard Moitessier et Romain Gary pour ouvrir des pistes visant à enrayer le naufrage généralisé, notamment via le « refus de parvenir ». Ici, elle nous invite à considérer et convoquer le pouvoir de l’imaginaire dans le champ politique, tout en se défiant de son utilisation par le camp des dominants.

- Monde d’après : la parole aux minots – Parfois, nos cerveaux se dessèchent, en manque d’idées nouvelles et de fulgurances inexplorées. On s’est donc tournés vers les enfants, petits êtres paraît-il emplis de poésie et dotés d’amis imaginaires. Pour quoi faire ? Prendre le pouls de la prime jeunesse et tenter d’imaginer un monde meilleur, rien de moins. Florilège.

- La Volte & Zanzibar : “Désirer autre chose que le gris des murs” – Résignée, la science- fiction ? Pessimiste et catastrophiste ? Pas forcément. La preuve avec cet entretien croisé autour de la maison d’édition La Volte et du vrombissant collectif d’écrivain.es Zanzibar.

- « “1984” doit rester un roman populaire » – C’est peu dire que l’œuvre la plus connue de George Orwell, publiée en 1949, fait régulièrement parler d’elle, tant l’imaginaire terrifiant qu’elle décrit est d’une troublante actualité – à base de surveillance généralisée, de post-vérité et de saccage des libertés. Alors qu’une nouvelle version francophone sortira chez Agone en janvier prochain, on s’est entretenus avec sa traductrice, Celia Izoard. Elle nous parle de la vivacité d’une pensée, des imaginaires qu’elle ouvre et de sa récupération.

- Condamnés à un monde d’objets – Dans La Fabrique du consommateur (La Découverte, 2020), Anthony Galluzzo s’attaque aux origines de la société de consommation en posant cette question essentielle : comment la marchandise a-t-elle réussi à conquérir les imaginaires aux États-Unis et en Europe occidentale entre 1880 et 1930 ?

- Fiction : @Ali au pays des e-merveilles – Une nouvelle qui s’attaque à la destinée du classique Alice au pays des merveilles en territoire dystopique.

- L’Île de Rebelote (Covidésie française) – Une carte imaginaire du confinement issue de l’excellent site Kartokobri.

- Poésie politique : « Il faut que ça secoue » – Quand le réel nous nasse, il faut le désosser, s’en faire une paire de masses et s’en aller fracasser des portes dérobées. Pour ça, la poésie peut aider. Pas toujours, mais ça se tente. La preuve avec la poète Nathalie Quintane, fichtrement vivante, et la mémoire de Nanni Balestrini, disparu en 2019.

- Carnaval, langue universelle – Pour décrypter l’imaginaire joyeux et subversif des « jours gras », on a sélectionné fort arbitrairement une série de documentaires. Pas d’unité de temps ou de lieu, mais une petite liste à la Prévert des puissants sortilèges du sorcier carnaval.

Et aussi…

- Je vous écris de l ’Ehpad (épisode 2) : « Tu commences à avoir la même mentalité que les filles ! » – Deuxième épisode de la chronique de Denis L., qui nous livre chaque mois un récit sensible de son quotidien d’auxiliaire de vie dans un Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) public.

- Les « bandits sociaux » ne meurent jamais – Le recueil de nouvelles Bandits et brigands, édité ces jours-ci par l’Échappée avec la complicité active de huit fiers auteurs, narre l’histoire de Robins des Bois des quatre coins du monde.

- Cap sur l’utopie : pour un Noël païen – Quelques idées de livres-cadeaux transgressifs ou ambitionnant de l’être.

- L’édito : Info exclusive : tout le monde détesterait la police / Ça brûle ! : From Acapulco with Love / Les bonnes nouvelles du mois

- Horoscope / Abonnement (par ici)


JPEG

- Le numéro 193 de CQFD est en kiosque du 4 au 31 décembre.

  • Ce numéro est disponible chez près de 3 000 marchands de journaux partout en France. Pour retrouver les points de vente près de chez vous, cliquez ici.
  • Pour recevoir les prochains numéros dans votre boîte aux lettres, vous avez la possibilité de vous abonner.
PDF - 1.8 Mo
La Une du n°193 de CQFD en PDF



Source: Cqfd-journal.org