Quelques articles seront mis en ligne au cours du mois. Les autres seront archivĂ©s sur notre site progressivement, aprĂšs la parution du prochain numĂ©ro. Ce qui vous laisse tout le temps d’aller saluer votre kiosquier ou de vous abonner

À chaud

- Covid-19 : la Kanaky toujours malade du colonialisme – La crise sanitaire a rappelĂ© de mauvais souvenirs aux Kanak, qui avaient Ă©tĂ© quasiment dĂ©cimĂ©s Ă  l’arrivĂ©e des colons (et de leurs maladies). Sur fond de nĂ©ocolonisation par la dette, un nouveau rĂ©fĂ©rendum d’autodĂ©termination se tiendra en octobre.

- Violences policiĂšres : ce que Maurice Rajsfus fut – RescapĂ© de la rafle du VĂ©l’ d’Hiv’, Maurice Rajsfus a documentĂ© les abus de la police pendant des dĂ©cennies. Il est dĂ©cĂ©dĂ© le 13 juin, jour d’une immense manifestation parisienne contre les violences policiĂšres.

Violences policiĂšres & racisme aux États-Unis (dossier de 6 pages)

- Off the pig ! – Depuis le meurtre de George Floyd, la sociĂ©tĂ© Ă©tatsunienne se trouve Ă  un point de bascule historique. Soit elle conforte la pente fasciste du trumpisme, soit elle lui oppose l’abolition du systĂšme pĂ©nal afin d’en finir avec les violences policiĂšres racistes et l’incarcĂ©ration de masse.

Par Mc McGill {JPEG}

- IncarcĂ©ration de masse : la nouvelle sĂ©grĂ©gation – De tous les pays du monde, les États-Unis sont celui qui emprisonne le plus. Avec pour cƓur de cible les personnes racisĂ©es et pauvres. AprĂšs l’esclavage et les lois sĂ©grĂ©gationnistes, l’incarcĂ©ration de masse est le nouvel avatar des oppressions raciales : telle est l’idĂ©e-force du documentaire 13th. À voir.

- AprĂšs George Floyd, l’idĂ©e d’abolir la police gagne du terrain – Depuis le meurtre de George Floyd, la police Ă©tatsunienne est sur la sellette. Sous la pression de la rue, municipalitĂ©s et États fĂ©dĂ©rĂ©s multiplient les mesures de rĂ©forme. Insuffisant pour une importante partie des manifestants : ne croyant pas Ă  la possibilitĂ© d’une Â« bonne police Â», ils demandent tout simplement son abolition. Professeure assistante en justice criminelle Ă  la California State University, Gwenola Ricordeau milite de longue date pour l’abolition du systĂšme pĂ©nal. Elle livre ici son analyse sur ce moment inĂ©dit.

- Fred Hampton, l’étoile filante des Black Panthers – Californie, 1966. En rĂ©ponse aux violences policiĂšres se crĂ©e le parti des Black Panthers. Deux ans plus tard, un jeune leader charismatique Ă©merge Ă  Chicago : Fred Hampton, vite fauchĂ© dans son sommeil par les balles de la police, le 4 dĂ©cembre 1969, Ă  l’ñge de 21 ans. À travers cet assassinat et un long cortĂšge d’autres, le message de l’AmĂ©rique blanche est limpide : « Il faut faire comprendre aux jeunes Noirs modĂ©rĂ©s que s’ils succombent Ă  l’enseignement rĂ©volutionnaire, ils seront des rĂ©volutionnaires morts Â», disait Edgar Hoover, patron du FBI. RĂ©cit.

Par Gwen Tomahawk {JPEG}

- L’émeute et au-delĂ  : « Intimer une limite au pouvoir Â» – Kristian Williams est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la police aux États-Unis, dont Our Enemies in Blue : Police and Power in America (2004). Il commente ici la situation bouillonnante des villes amĂ©ricaines, l’apport des Ă©meutes au rapport de forces et diffĂ©rentes problĂ©matiques militantes.

LibĂ©rĂ©es, dĂ©livrĂ©es, les sexualitĂ©s ? (dossier de 17 pages)

- Introduction – Si elle a pu ĂȘtre vĂ©cue comme une rupture anthropologique majeure, la « rĂ©volution sexuelle Â» se rĂ©veille, cinq dĂ©cennies plus tard, avec la gueule de bois. Car si le sexe est sur toutes les lĂšvres, la façon dont il se vit suinte toujours le diktat : transformĂ© en impĂ©ratif, le droit Ă  s’envoyer en l’air a perdu en route une partie de sa portĂ©e Ă©mancipatrice…

Par Sarah Fisthole {JPEG}

- FĂ©minisme & soumission – Jouir : avec ou sans entraves ? – Peut-on monter au crĂ©neau contre les violences conjugales et grimper aux rideaux Ă  la moindre fessĂ©e ? DĂ©noncer la culture du viol tout en en faisant un objet de fantasme ? Se dresser contre la domination masculine et ĂȘtre excitĂ©e Ă  l’idĂ©e de sentir son corps entravĂ© ? Bref, peut-on ĂȘtre fĂ©ministe et « coucher patriarcal Â» ? La question reste ouverte.

- Viril Ă©tait une fois dans l’Ouest – Trouble dans le slip – La question est complexe, n’annulant en rien de rien des siĂšcles d’oppression masculine. Mais le modĂšle viriliste qui imprĂšgne nos sociĂ©tĂ©s a aussi des consĂ©quences nĂ©gatives sur les habitants de la planĂšte zob. Et sur leur sexualitĂ©.

- Violences sexuelles : penser l’aprĂšs – Comment continuer Ă  dĂ©sirer, aimer, s’extasier aprĂšs avoir Ă©tĂ© agressĂ©e ? Si la trace des violences ne s’efface jamais, certaines femmes parviennent Ă  tisser, autour du traumatisme, un nouveau lien avec leur sexualitĂ©. Parmi des milliers d’histoires, toutes diffĂ©rentes, celle de Fanny et celle d’Emma.

- Contre le patriarcat : carnets de luttes sexuelles – Depuis prĂšs de cinq ans, Nina Faure et YĂ©lĂ©na Perret travaillent sur la sexualitĂ© comme enjeu fĂ©ministe. Pour l’actualisation du manuel Notre corps, nous-mĂȘmes et la rĂ©alisation du documentaire Le Plaisir fĂ©minin, elles ont recueilli des centaines de tĂ©moignages de femmes cisgenres, mais aussi de personnes trans et non binaires. Compilant lectures et enquĂȘtes, elles ont tentĂ© de tracer une perspective rĂ©volutionnaire pour abolir le patriarcat… dans la sexualitĂ©, pour commencer.

- PĂ©nĂ©tration, j’écris ton nom – AccusĂ©e de perpĂ©tuer une sexualitĂ© avant tout reproductive et essentiellement hĂ©tĂ©rosexuelle, axĂ©e sur le dĂ©sir, le plaisir et le rythme des hommes, la pĂ©nĂ©tration s’attire actuellement les foudres les plus fĂ©roces…

- Histoire : dans les PyrĂ©nĂ©es, « la libertĂ© sexuelle existait plus qu’ailleurs Â» – SpĂ©cialiste des sociĂ©tĂ©s traditionnelles pyrĂ©nĂ©ennes, la chercheuse Isaure Gratacos estime que la femme y a bĂ©nĂ©ficiĂ©, pendant des siĂšcles, d’un Â« statut exceptionnel en Europe Â». Si une aĂźnĂ©e Ă©pousait un cadet, c’est ce dernier qui prenait le nom de la « maison Â» de sa partenaire. Quant au dogme de la virginitĂ© prĂ©nuptiale, il n’existait pas. Entretien.

Par Marion Jdanoff {JPEG}

- Un processus historique inachevĂ© : l’autre rĂ©vo. cul – Rien Ă  voir avec la purge orchestrĂ©e par le Grand Timonier chinois au tournant des annĂ©es 1960 et 1970 ! La rĂ©volution sexuelle qui a marquĂ© les pays occidentaux sur deux dĂ©cennies jusqu’au dĂ©but des annĂ©es 1980 avait pour moteur et pour finalitĂ© l’émancipation individuelle via la promotion du corps et des plaisirs charnels.

- SexualitĂ© & maternitĂ© : des jets de lait puissants – Grossesse, accouchement et post-partum modifient trĂšs souvent le rapport des femmes Ă  leur sexualitĂ©. Pics ou chutes de libido, plaisir et douleur, frontiĂšre mouvante entre maternitĂ© et sexualitĂ©… Les questionnements abondent, et les vĂ©cus diffĂšrent. À travers les paroles de six femmes, plongĂ©e dans une diversitĂ© qui bouscule la figure tutĂ©laire de la mĂšre « pure Â» et dĂ©vouĂ©e.

- AsexualitĂ© : dĂ©serter le sexe – Le sexe est-il un besoin, au mĂȘme titre que boire, manger, respirer ou dormir [1] ? Pourquoi a-t-on si souvent l’impression que notre vie est foutue lorsque l’on n’a plus de sexualitĂ© partagĂ©e pendant un temps ? Dans une sociĂ©tĂ© oĂč l’injonction Ă  baiser est constante, certaines personnes ne ressentent pas ou plus d’attirance sexuelle pour les autres. TĂ©moignage de l’une d’elles.

- Sexe & handicap : tous les corps sont dĂ©sirables – Dans une sociĂ©tĂ© qui exclut les corps qu’elle considĂšre comme dysfonctionnels, la question de l’assistanat sexuel divise. Entre ceux qui associent ce service Ă  de la prostitution et ceux qui considĂšrent qu’il rentre dans le cadre de la compensation du handicap, des voix s’élĂšvent et avancent d’autres arguments — ou affirment que ce dĂ©bat est avant tout un Ă©cran de fumĂ©e. Tour d’horizon.

- Lettre Ă  mes amis pĂ©dĂ©s cisgenres – Mario est un homme trans, assignĂ© au genre fĂ©minin Ă  sa naissance. Sa sexualitĂ© de mec qui aime les hommes est marquĂ©e par un corps diffĂ©rent. Dans cette lettre qui parle d’amour, de solitude et de violences, Mario aborde son rapport au cruising, l’art de la drague entre hommes dans les lieux publics. Un rĂ©cit intime des bouleversements qui le traversent et de ses questions restĂ©es pour l’instant sans rĂ©ponse.

- Une sous-culture gay, les « ours Â» – « Il n’existe pas de “vrai homme” Â» – NĂ©e dans les annĂ©es 1980 au sein de la communautĂ© gay californienne, la sous-culture bear (ours) sublime les corps gros et poilus. En jouant avec les codes de la masculinitĂ© traditionnelle, les bears dĂ©boulonnent le mythe de la soi- disant « nature masculine Â», qui se veut hĂ©tĂ©rosexuelle et virile. Entretien avec le sociologue Javier SĂĄez del Álamo, activiste gay espagnol… et bear.

- Prostitution : derriĂšre la porte du club – Il y a quelques annĂ©es, Zora a fait l’expĂ©rience de la prostitution dans un club de GenĂšve. De ce vĂ©cu de plusieurs semaines, elle a tirĂ© un long rĂ©cit oĂč elle raconte le lieu, les relations sexuelles tarifĂ©es et le rapport aux clients. Elle a confiĂ© ses Ă©crits Ă  Violette Chaude, qui en a rĂ©digĂ© un rĂ©sumĂ© respectant les faits. Seuls les noms ont Ă©tĂ© changĂ©s.

Et aussi…

- Depuis le nord, Sud Radio Ă©met Ă  l’extrĂȘme droite – ConsĂ©quence de son rachat par la sociĂ©tĂ© Fiducial, mastodonte de l’expertise comptable, « la radio du Sud Â» est dĂ©sormais entiĂšrement rĂ©alisĂ©e Ă  Paris. Sans le moindre accent mĂ©ridional mais avec la prĂ©tention de « parler vrai Â», ses dirigeants ont ouvert les micros en grand Ă  la « polĂ©mique Â». Entendez : Ă  la banalisation des idĂ©es d’extrĂȘme droite.

- Les clichĂ©s ont la peau dure – Vous avez pu les croiser de-ci de-lĂ  dans les colonnes de CQFD, tant ces chasseurs d’images sont des habituĂ©s des luttes sociales, qu’ils photographient avec une approche militante revendiquĂ©e. Et c’est donc avec grand plaisir que l’on parle ici du travail de Serge d’Ignazio, Tomagnetik et Pabloc. D’autant que l’occasion est excellente, puisqu’on peut dĂ©couvrir leur sensibilitĂ© via trois livres bien pĂȘchus tout juste sortis chez Niet ! Ă©ditions : Gilets jaunes Ă  Paris ; La Bataille de la Plaine et ColĂšre jaune (ronds-points en IsĂšre). PrĂ©sentation et discussion, oĂč chacun des trois photographes prĂ©sente un de ses clichĂ©s.

- Cap sur l’utopie : Ă©cologie libertaire ou dĂ©solation – Si vous n’avez pas profitĂ© du confinement pour faire le plein de lectures sĂ©ditieuses grisantes invitant Ă  refaçonner le monde, il vous reste les dĂ©rives des mois d’étĂ© pour vous rattraper, mille marmites ! Avec notamment plein de bouquins de et sur le tribun insurgĂ© Murray Bookchin.

- Fiction : « Cauchemar entrepĂŽt Â» – Au programme ce soir : une nouvelle d’anticipation oĂč l’hologramme de Philippe Etchebest, le chef de l’émission Cauchemar en cuisine, joue le Big Brother harcelant.

- L’édito : Tout le monde a peur de la police, mĂȘme Castaner / Ça brĂ»le ! / Les bonnes nouvelles du mois

- Horoscope / Abonnement (par ici) / Mots croisĂ©s


La Une du n°189 de CQFD, illustrée par Jean Codo & Zam Zam {JPEG}

- Le n°189 de CQFD est en kiosque du 3 juillet au 3 septembre.

  • Ce numĂ©ro est disponible chez prĂšs de 3 000 marchands de journaux partout en France. Pour retrouver les points de vente prĂšs de chez vous, cliquez ici.
  • Pour recevoir les prochains numĂ©ros dans votre boĂźte aux lettres, vous avez la possibilitĂ© de vous abonner.
PDF - 691.4 ko
La Une du n°189 de CQFD en PDF

Article publié le 03 Juil 2020 sur Cqfd-journal.org