Décembre 6, 2022
Par Dijoncter
161 visites

Qui c’est qu’est très gentil ?

Nous, le 17 décembre à partir de 14h30, place Jean Macé à l’appel de celles et ceux qui refusent les poubelles jaunes et les poubelles grises de la préfecture !

Chut, Darmanin travaille ! On a vu la lumière allumée jusqu’à tard dans la nuit au ministère de l’Intérieur. Des ombres se découpaient sur les murs comme dans M Le Maudit. Un sociopathe à l’œuvre ?

Bientôt au premier semestre 2023 sortiront des bureaux lambrissés du ministre, les nouvelles lois immigration (29e en 40 ans), pardon “Asile et Immigration” (attention oxymore) . Des mois de travail. Pour le bienfait de l’humanité ? Vous n’y êtes pas. Pour sa régulation, à ne pas confondre avec la régularisation. Depuis longtemps, on sait que la place Beauvau est une gare de triage. Les bons étrangers d’un côté, les mauvais de l’autre. Darmanin, au faîte de sa puissance intellectuelle, a d’ailleurs résumé sa politique d’une phrase martiale : ” On doit désormais être méchants avec les méchants et gentils avec les gentils.” Michel Fugain, 80 ans, a immédiatement réagi dans un communiqué. “Je n’y suis pour rien si le ministre de l’Intérieur truque une de mes chansons (lien ici pour les curieux).

Même si la formule telle quelle, parle au cœur des citoyen-ne-s de la douce France cher pays de mon enfance, défendu-e-s par une gauloise sans filtre, Darmanin a apporté quelques précisions et on lui en sait gré : ” Aider ceux qui bossent, et être durs avec ceux qui font des actes de délinquance ». Nous y voilà. La France qui” bosse” versus la France qui “ne branle rien” (parlons peuple comme le ministre de l’Intérieur et de la vulgarisation) et qui, en plus, détrousse les vieilles dames à la sortie de la messe le dimanche,à Saint-Nicolas du Chardonnet.

Trêve de plaisanteries, laissons les vieilles dames prier pour le salut de nos âmes et réfléchissons cinq minutes aux propos du ministre.

La nouveauté qui n’en est pas une est la création (on crée ce que l’on peut après tout) d’un titre de séjour “Métiers sous tension”. Là encore un rappel historique sous forme de lien à écouter le soir en famille, n’est pas inutile :

Au rayon des vieilleries à retaper, l’étranger utile à l’économie française. L’idée est toujours la même depuis les années 1960. Si les français “de souche” (Molière se payait déjà la poire d’Arnolphe qui se fait appeler “Mr de la Souche” dans “L’Ecole des Femmes” ), ont compris que certains travaux étaient épuisants et salissants (on se reportera à la vidéo ci-dessus), pas de problème, le gentil immigré, venu sur un paquebot de croisière, “l’Océan Viking” par exemple, avec ses camarades amateurs de grand large, pourra, après une bonne douche, monter sur un toit ou s’enfermer dans un fournil. Le français a besoin d’un toit pour avoir chaud en hiver et de pain pour le petit déjeuner. À partir de ce constat, le ministre et ses petites-mains en ont déduit que toute cette chair, venue de continents lointains, ne se perdrait pas, à part la chair avariée bien sûr, et se rendrait utile. Et ainsi naît l’idée philanthrope du “titre de séjour pour métier sous tension”. Fiat lux.

A l’heure où les pires discours se tiennent sans vergogne sur la guerre (des armes, des armes, des armes, vous dis-je), les écologistes “activistes” (quoi, du ketchup sur une vitre !) et les femmes têtues (elles commencent à nous faire chier celles-là), il fallait ajouter un couplet sur l’Etranger, celui qui s’obstine à ne pas comprendre que rester chez soi est la meilleure des options, même si la pluie a cessé de tomber depuis trois ans.

Darmanin, donc, ne manque pas de grandeur quand il fait des concessions. D’accord les gentils maintenant que vous êtes sur-le-sol-français, cela coûterait plus cher de vous renvoyer alors on va vous garder mais pas à n’importe quel prix. Des métiers d’avenir vous ouvrent les bras. Les mines de charbon, vu l’état du “parc nucléaire” (sic), ne vont pas tarder à rouvrir. L’extraction du lithium est aussi prometteuse en termes de travail négrier.

ET SI L’ESPACE D’UNE JOURNÉE (ET DES SUIVANTES), ON FAISAIT COMME SI DARMANIN, ET LES AUTRES MINISTRES DE L’INTÉRIEUR AVANT LUI, N’AVAIENT JAMAIS EXISTE ?

L’utopie a certes mauvaise réputation. Elle s’attire les pires quolibets et railler ses defenseurs-seuses est un sport apprécié en France, cher-pays-de-mon-enfance, bis. Du Figaro au Point en passant par l’Express, Valeurs actuelles et le monde enchanté de Bolloré, on aime se payer la tête des doux-ces rêveurs-euses ou pire des squatters tous plus ou moins anars ou black blocks qui écrivent sur des banderoles “No border”, et manifestent encagoulés aux côtés de femmes et d’hommes qu’ils ne connaissent même pas et qui ne fêtent pas Noël.

À Dijon, comme dans d’autres villes, on a un préfet, une feuille de chou locale et des notables installés dont le regard myope peine à dépasser les limites du département et le toit de la Cité gastronomique.

Pour toutes ces personnes (mais pas que, heureusement !) qui ont besoin d’aide et d’air pour gonfler leurs poumons et dessiller leurs yeux, le 17 décembre place Jean Macé à partir de 14h30, des êtres humains, pas tous blancs et bourguignons depuis cinq générations, se proposent d’expliquer à qui veut tendre l’oreille que l’exil n’est pas un voyage d’agrément et que du pain, même sous tension, il y en a assez pour tout le monde, ici et ailleurs en France.

Cette invitation, lancée par des jeunes, des associations, des dijonnais-es lassé-e-s de voir leur ville sombrer dans la mélasse sécuritaire et le racisme ordinaire, est à la fois festive et politique. Si collectivement, nous ne luttons pas contre un ministère de l’intérieur proche des idées du Rassemblement national et contre tous ses représentants/soldats “en région”, la France ressemblera bientôt à un Tupperware géant fermé hermétiquement.

Non à cette France qui pue le renfermé et le repli sur soi et qui s’entête à ne pas comprendre que le Monde Majuscule n’obéit pas aux préfets minuscules.

Le 17, Place Jean Macé, venez célébrer la dérive des continents. Et vous verrez l’Humanité en couleur sur une petite place, ça a de la gueule !

À bientôt et faisons en sorte que le 17 ne soit qu’un début. Dire NON au rétrécissement programmé de nos existences est plus facile à plusieurs.

Régularisation pour toutes et tous, sans tri sélectif !

Martine apprend la lutte




Source: Dijoncter.info