Août 14, 2022
Par Le Monde Libertaire
215 visites

Photo de Jan Kopƙiva

Elle était comme un diamant brut de décoffrage
Qui ne couperait jamais les cheveux en quatre.
OrfÚvre en paroles catégoriques et définitives
Elle Ă©claircissait aux ciseaux toutes les objections.

A seize ans, on vit souvent comme un outrage
La mesure attendue par les parents acariĂątres.
Et si leur princesse Ă©tait le fruit tardif d’une FIV
Cela ne les excusait en rien d’ĂȘtre aussi cons.

A chaque instant les parents Ă©taient en nages
TraitĂ©s Ă  l’instar d’une marĂątre ou d’un parĂątre.
Issus d’une lignĂ©e rognĂ©e par la rafle du Vel d’hiv
Ils tablaient sur une solidarité avec leurs rejetons.

Leur fils aßné avait été sage comme une image
Lisse et friable comme une cloison en plĂątre.
La sƓur puĂźnĂ©e prenait le contrepied d’Yves
Et se scandalisait Ă  la premiĂšre occasion.

On l’emmena consulter un expert de la rage
Qui recommanda la réclusion dans un cloßtre.
Sa réaction spontanée fut particuliÚre vive
Son genou Ă©crabouillant les bijoux du barbon.

Un spécialiste dans le traitement des orages
Conclut qu’il ne restait plus qu’à l’abattre.
Les géniteurs renoncÚrent à sacrifier Liv
Bien qu’elle soit acide comme un citron.

Pour finir ils rencontrĂšrent sur un rivage
Une femme savante de la cîte d’albñtre.
Pour canaliser la furie d’une ado agressive
Elle conseilla un long séjour dans la légion.

Conscients que leur vie tournait au naufrage
Leur bile devint progressivement noirĂątre.
Les vieux quittĂšrent Bretteville-sur-Dives
Et logĂšrent au cƓur d’HĂ©nin-Beaumont.

Leur fille serait désormais en ermitage
Dans une ville interdisant le café-théùtre.
Surveillée et sans possibilité transgressive
Elle reviendrait nécessairement à la raison.

Mais la gamine emprunta la voie des nuages
Refusant de cĂ©der d’un iota et d’en rabattre.
Le corps suspendu au crochet d’une solive
Elle prit résolument le parti de la pendaison.

A l’Église, le prĂȘtre parla des rois Mages
Usant de mots de cendre sortis de l’ñtre.
L’affaire fit couler beaucoup de salive
Parmi les pieux Ă©mus jusqu’au trognon.

Si l’on tient Ă  expliquer ce dĂ©mĂątage
Nul besoin d’un cours en amphithĂ©Ăątre.
Inutile de se plonger dans les archives
Cessons de mettre les ados en prison.

CĂ©d.




Source: Monde-libertaire.fr