Alors que les frontières sont officiellement fermées, le Centre de Rétention Administrative (CRA) de Toulouse Cornebarrieu continue de se remplir avec 4 personnes au secteur E et 12 au secteur D à la date du 15 mai. Des personnes de Paris, Marseille et Perpignan ont été amenées. Les sortant·e·s de prisons continuent d’être enfermé·e·s au CRA comme d’habitude, dans la logique de la double peine, les CRA étant devenus des annexes des prisons.

La capacité du CRA de Toulouse Cornebarrieu est de 126 places, hors pandémie, c’est en moyenne 80 personnes qui y sont enfermées.

2 ressortissants roumains risquent d’être déportés. Des départs seraient prévus le 3 juin.

Y. : « je suis sorti de prison et on m’a ramené ici, c’est très dur ici pour nous, ça pue, c’est très sale, la nourriture pue. ça fait 3 jours que j’ai pas mangé, ça fait un an et 2 semaines que j’ai pas vu mes enfants, je peux pas rester encore ici, c’est la torture, je préfère partir en Roumanie, c’est fini pour moi la France, je veux plus rester ici… »

N. : « ils veulent m’envoyer en Serbie, je connais pas la Serbie, je vais faire quoi en Serbie, dormir sur un banc ? Je suis né à Rome, j’ai toute ma famille à Toulouse, je suis resté 18 mois en prison, ici c’est pire, la police est dure…Ils ont pas de masques… J’ai rien compris ce qu’il a dit le juge par la visio, j’étais dans la salle, la porte était ouverte et les policiers faisaient du bruit, ils rigolaient, ils ont pas fermé la porte…Je prends des médicaments 3 fois par jour pour le stress et dormir, du Tercian et un autre médicament. »

Les audiences devant le Juge des Libertés et de la Détention (JLD) se déroulent au CRA en visioconférence sans public, sans témoins. Les prisonnier·e·s sont derrière un écran, ils et elles ne peuvent pas discuter avec leur avocat comme dans une salle d’audience et être soutenu par leurs proches ou le public. S’ils ne comprennent rien à ce qu’il se passe, tant pis pour eux.

M : « j’ai 55 ans, je suis arrivé en France en 1987, j’ai travaillé 15 ans à Paris… J’ai déjà été enfermé ici en 2006 mais maintenant je vis en Espagne, je suis marin-pêcheur. Ils m’ont arrêté quand je suis passé à Toulouse, ils m’ont mis 5 mois en prison à Seysses à cause d’une interdiction de 3 ans* et après la prison je suis ici au centre depuis 24 jours. Ils peuvent pas m’expulser en Algérie » (*ITF : interdiction de territoire français)

L’objectif officiel des CRA est d’enfermer pour expulser les étranger·e·s qui n’ont pas les bons papiers mais pendant la crise sanitaire une grande partie des CRA est restée ouverte sans aucune base légale puisque les frontières sont officiellement fermées. C’est sans compter sur l’acharnement raciste de l’administration car des déportations ont bien eu lieu, un charter avec plus de 30 personnes a été organisé fin avril vers la Roumanie.

L’État a donc continué d’enfermer et ce n’est que la continuité des pratiques habituelles car l’objectif non avoué de l’enfermement dans les CRA est de punir, invisibiliser, précariser. Les CRA font partie d’un système qui maintient sans papiers les personnes alors même qu’elles travaillent. Ce système de domination fabrique depuis des décennies des travailleurs corvéables, exploités grâce à la menace permanente d’une expulsion alors qu’ils et elles représentent une force de travail pour des pans entiers de l’économie non délocalisable.

La politique d’expulsion est de plus en plus répressive. Entre 2015 et 2018, le nombre d’OQTF a augmenté de 30 % (de 80 000 à plus de 100 000 ) et leur taux d’exécution a chuté de 17 à 12 %. On enferme de plus en plus de personnes dont celles qui ne sont pas expulsables car on ne peut pas déporter sans répondre à un certain nombre d’obligations juridiques comme l’acceptation par le pays d’origine. Les préfectures le savent mais enferment quand même et les juges valident.

L’État n’a rien fait en faveur des étranger·e·s face au risque de transformer les CRA en clusters du Covid-19 (promiscuité, manque d’hygiène, pas de masques, etc.). Il a montré avec cette crise sanitaire qu’il ne compte pas changer sa politique raciste vis à vis des étranger·e·s quoi qu’il arrive.

Covid ou pas, les CRA tuent ! Les damnés de la terre y subissent une véritable torture, les conditions de « vie » sont dégradantes et les humiliations, insultes et violences policières font partie du fonctionnement de ces prisons.

Les visites sont à nouveau possible, les prisonnier·e·s ont besoin de notre solidarité, on peut y aller ou appeler.

Toulouse Anti CRA

https://toulouseanticra.noblogs.org


Article publié le 20 Mai 2020 sur Iaata.info