Décembre 23, 2019
Par Squat.net
238 visites

No pasaran ! Des anarchistes donnent une réponse à l’expulsion du squat Kouvelou

Le gouvernement grec est entré en guerre contre les anarchistes et les anti-autoritaires, après l’expiration de l’ultimatum de 15 jours donné par le Ministère de « l’Ordre public » aux dizaines de squats politiques et d’habitation de réfugié.e.s, dans toute la Grèce (certains d’entre eux ont plus de 30 ans), les menaçant d’expulsion violente par la police anti-émeute et les forces spéciales de la police, s’ils ne quittaient pas le lieu avant la date donnée. Le délai est expiré dans la nuit de jeudi 5 décembre 2019 [la veille de l’anniversaire de l’assassinat d’Alexis Grigoropoulos par un flic, le 6 décembre 2008 ; NdAtt.], une décision politique de l’État grec visant à stresser et à créer une « atmosphère explosive ».

Après la première vague d’attaques et d’expulsions, pendant l’automne, dirigée principalement contre des squats abritant des réfugié.e.s, la deuxième vague d’attaques vient de commencer, cette fois contre les squats politiques et les centres sociaux. En concomitance avec l’arrestation d’antifascistes et la proposition d’acquittement des leaders néo-nazis, dans le procès d’Aube Dorée, mardi 17 décembre le gouvernement de droite et son ministre soi-disant socialiste de l’Ordre public ont procédé à l’expulsion du squat « Kouvelou » à Maroussi, un quartier d’Athènes ; trois autres squats ont été expulsés aujourd’hui, 18 décembre, dans le quartier de Koukaki, à Athènes, avec une opération policière d’envergure : leur brutalité policière a terrorisé tout un quartier, avec des attaques contre des personnes vivant dans des maisons voisines, qui ne sont pas des squats. Dans les médias ont circulé des images horribles : des policiers des forces spéciales avec leurs bottes sur la tête de personnes au sol et une mère menottée au sol sur sa terrasse, avec une capuche sur la tête, rappelant les images des tortures d’Abou Ghraib.

Pendant qu’on écrit ce texte, on apprend que vers 22h, aujourd’hui 18 décembre, des gens ont attaqué des magasins et des banques près de Syntagma, la place principale d’Athènes, tandis que l’arbre de Noël de la place Exarcheia a été incendié [on pourra voir la vidéo sur le site Anarchists Worldwide ; NdAtt.]. Alors que le gouvernement grec a déclare que plus de 20 squats, rien qu’à Athènes, seront expulsés par la force avant fin 2019, les attaques de la police semblent être l’étincelle qui mettra le feu à une situation déjà explosive, pendant les fêtes de Noël et du Nouvel An.

Une expulsion à Koukaki

*****

Attaque d’un bureau de Néa Dimokratía

Act for freedom now ! / vendredi 20 décembre 2019

Le matin du 17 décembre, en présence d’un procureur, des imposantes forces policières ont expulsé le squat Kouvelou, dans la banlieue nord d’Athènes.

Notre réponse et réaction immédiate a été donnée contre les bureaux du parti politique Néa Dimokratía de la rue Themidons, dans le secteur de Maroussi, briser leur déco comme réponse minimale à notre expulsion imminente.

Pas un pas en arrière.
Solidarité avec tous les squats.

Anarchistes

[Publié le 20 déc. 2019 sur Attaque. Traduit de l’anglais depuis Anarchists Worldwide / jeudi 19 décembre 2019.]




Source: Fr.squat.net