Mars 24, 2021
Par Attaque
342 visites


Act for freedom now! / mercredi 24 mars 2021

Le 17 mars s’est ouvert le procès pour l’affaire du braquage d’une agence de paris sportifs (le 21 octobre 2019), dans le secteur de Cholargós, banlieue d’Athènes, au cours duquel le compagnon Dimitris Chatzivasileiadis a été blessé, ainsi que pour l’affaire de la cache d’armes que la police a trouvé par la suite (8-9 novembre 2019). Les inculpés sont Dimitris Chatzivasileiadis, qui est jugé par contumace, car il a échappé aux efforts faits pour le capturer, le compagnon Vangelis Stathopoulos, qui est en détention provisoire depuis novembre 2019, et une autre personne.

Le compagnon Dimitris Chatzivasileiadis a immédiatement assumé la responsabilité politique et pratique de sa participation à ce braquage et la responsabilité exclusive de sa propre blessure (https://www.athens.indymedia.org/post/1601299/). Il a aussi assumé pour lui seul la responsabilité politique et pratique de la possession de l’ensemble des armes et du matériel qui ont été trouvés. Le compagnon a déclaré qu’il revendiquait la responsabilité politique de la réorganisation et de la poursuite de la lutte de guérilla, sur la base de la stratégie et de l’expérience de l’Organisation d’Autodéfense Révolutionnaire [Οργανισμός Επαναστατικής Αυτοάμυνας, OEA] (https://www.athens.indymedia.org/post/1606087/). Dès le début, il a expliqué sa relation avec les deux prisonniers et a déclaré qu’ils n’avaient et ne pouvaient pas avoir de rapports avec l’histoire de l’organisation révolutionnaire en question (dont ils ne savaient rien), ni avec les responsabilités politiques et pratiques qui en découlent, que lui seul a assumées.

Le compagnon Vangelis Stathopoulos est persécuté de manière féroce parce qu’il a apporté les premiers soins à un compagnon blessé. De plus, en tant qu’ancien prisonnier politique, il devient la cible de persécutions encore plus intenses.

Les trois accusés sont présentés par la machine du terrorisme politique comme le noyau constitutif et actif de l’organisation combattante Autodéfense Révolutionnaire, dans le but d’alourdir les accusations et de produire un faux « résultat », c’est à dire le démantèlement de cette organisation, même si aucun.e combattant.e de l’Organisation d’Autodéfense Révolutionnaire n’est tombé.e entre les mains de l’État.

L’opération répressive qui a suivi la blessure du compagnon a comporté de nombreuses perquisitions de maisons, des arrestations et la mise en examens du compagnon M.S., qui est accusé d’un certain nombre de délits et sera jugé le 14 avril 2021.

Le déchaînement du terrorisme des patrons, sur tous les fronts, ainsi que les nouvelles luttes, confirment l’urgence des propositions et des exemples des organisations combattantes libertaires. Construisons les structures solidaires d’autodéfense que notre époque exige.

TOUT POUR TOUT LE MONDE

Levons encore plus haut le drapeau de la lutte révolutionnaire.
Écrasons le terrorisme de l’État et des patrons.
Libération immédiate du prisonnier Vangelis Stathopoulos et abandon des charges à son encontre.
Solidarité pratique avec le compagnon recherché Dimitris Chatzivasileiadis

Collectif anarchiste pour la reconstruction prolétaire combattante




Source: Attaque.noblogs.org