Mai 19, 2022
Par Attaque
187 visites

Dark Nights / samedi 14 mai 2022

Depuis maintenant 3 ans, le gouvernement d’extrême droite de Néa Dimokratía a intensifié la répression étatique contre celles/ceux qui luttent et se dressent contre ses plans capitalistes brutaux.

Les attaques répressives, les coups montés et les persécutions contre des militant.e.s sont innombrables. Au cours de ces 3 années, nous avons été témoin.e.s d’interdictions de manifester, de tortures de manifestant.e.s et de prisonnier.e.s, de prises d’otages non officialisées et dans des dures conditions d’anarchistes, d’arrestations dans le tas, d’intimidations avec des preuves ADN inexistantes et d’emprisonnements. Le but de toutes ces pratiques étatiques est de couper et d’isoler complètement les militant.e.s de la résistance sociale, ainsi que de les éliminer physiquement.

Le postulat fondamental de cette politique répressive est de placer la gestion de la vie quotidienne dans les mains de la police, chose qui, avec l’avènement de la pandémie, a été largement conquise par le fait de mettre des hommes en uniforme partout, comme une armée d’occupation, pour décider qui sort et qui ne sort pas.

L’impunité policière et son terrorisme ont jusqu’à présent porté à des centaines de cas de tabassages, de tortures et d’arrestations et même à de meurtres, comme dans le cas de Nikos Sambanis, tué parce qu’il ne s’est pas arrêté à un barrage policier.

L’un des premiers coups montés par l’État est la mise en état d’accusation et l’emprisonnement du compagnon anarchiste Vaggelis Stathopoulos, qui a déjà été enfermé dans les cellules de l’État pendant deux ans et demi pour avoir démontré sa solidarité pratique avec le compagnon anarchiste Dimitris Chatzivasileiadis, qui était blessé.

Lors d’un procès-farce, avec une mise en examen faite sur mesure par la police antiterroriste, en mars-avril 2021, Vaggelis Stathopoulos a été condamné à 19 ans de prison.

La nuit du 21 avril, nous avons placé un engin incendiaire-explosif dans un véhicule de police, dans le quartier d’Ambelókipi [dans le centre d’Athènes ; NdAtt.] et l’avons complètement détruit, en solidarité avec le prisonnier anarchiste Vaggelis Stathopoulos, dont le procès en appel commence le 18 mai.

Nous sommes convaincus que les coups montés de l’État et les accusations inventées de toutes pièces seront renversés par des actions de solidarité de types différents.

LIBÉRATION IMMÉDIATE DE L’ANARCHISTE VAGGELIS STATHOPOULOS

LIBERTÉ POUR L’ANARCHISTE DIMITRIS CHATZIVASILEIADIS, POURSUIVI DANS LA MÊME AFFAIRE, ET POUR TOU.TE.S LES PRISONNIER.E.S POLITIQUES

QUE LA PEUR CHANGE DE CAMP

LES RÉPONSES SONT DONNÉES DANS LES RUES EN FEU

Saboteur.trice.s anti-État




Source: Attaque.noblogs.org