Octobre 23, 2021
Par Sans Nom
365 visites


Presse grecque (Ekathimerini), 21 octobre – Des anarchistes ont revendiqué sur Indymedia Athènes l’attaque incendiaire contre le Secrétariat général des systèmes d’information à Moschato, près du Pirée au sud d’Athènes, le 10 octobre dernier.

Ce groupe entendait notamment se montrer solidaire des 14 compagnons arrêtés ou sous surveillance sur la base de leur ADN. Cinq molotovs ont été lancés contre le bâtiment, qui abrite le data center du gouvernement grec hébergeant l’ensemble des données de son site officiel (gov.gr).


Attaque contre le Secrétariat général des systèmes d’information (KEPYO) de Moschato le 10 octobre 2021
traduit (au mieux) du grec de Indymedia Athènes, 20 octobre 2021

L’État-major est organisé, équipé et actif.

À l’époque de la pandémie, alors que le gouvernement Mitsotakis restreignait notre liberté de toutes les manières possibles, il devait procéder non seulement au ravitaillement de ses forces terrestres, mais aussi au renforcement de son hégémonie électronique.

Au prétexte de fournir des services de vidéoconférence pour répondre aux besoins de télé-enseignement, les données de 1,6 million d’utilisateurs de la plateforme WebEX sont remises à Cisco, qui peut les réutiliser à ses propres fins commerciales. Nos vies, grâce à la télémétrie, sont constamment transformées en marchandises et revendues à toute partie intéressée. Elles sont classées par catégorie et stockées indéfiniment.

L’administration centrale grecque veut une base de données numérisée pour lutter contre l’anarchie, ou plutôt pour la contrôler complètement.

En décembre 2020 a été révélé l’accord secret passé avec la société américaine Palantir Technologies, qui fournit l’environnement graphique et incarne une réalité terrifiante de surveillance, d’enregistrement et de retour d’information permanents entre les deux parties. Cet otage des affaires, militariste, soutenu par la CIA et ayant des connexions dans le monde entier, jouerait un rôle majeur, dans les mouvements militants, de nombreux médias d’État. Outre la numérisation des données, elle permet de faire face à des situations telles que la lutte contre le terrorisme, l’immigration et la défense de l’intégrité territoriale du pays en mer Égée, elle fait partie des services qui exploitent et gouvernent la réalité grecque.

Comme si les scandales du feuilleton appelé gouvernement ne suffisaient pas, la cerise sur le gâteau est une pratique de ciblage que nous avons vue pour la énième fois dernièrement (voir sub. du 8, Nea Smyrni). Le jeudi 4 septembre 2021, une personne de petite taille arrêtée dans le rectorat occupé du NPM le 13 novembre 2020 est priée de fournir son matériel génétique. Cette histoire ne s’arrête pas là, mais s’étend à la convocation de 13 autres compagnons arrêtés cette nuit-là. L’ADN retrouvé par la police hellénique dans le Rectorat occupé sur deux coupoles vides était censé correspondre à une découverte de taches de sang sur du papier après les événements d’Exarchia du 12 juillet 2014 .

Comme nous pouvons facilement le comprendre, la cause de tout ceci est bien sûr la falsification et la création de scénarios de science-fiction contre le mouvement antagoniste. La plupart des personnes arrêtées en 2014 étaient des mineurs (13, 14 ans) et d’autres en province.

En conclusion, notre attaque contre le Secrétariat général des systèmes d’information est un signe de solidarité avec les camarades, mais aussi une touche supplémentaire à la guerre systémique.

PS1 Nous appelons à soutenir la semaine de solidarité pour le 14. (25/10-31/10)

PS2 Nous demandons un barrage continu d’attaques.

P3 Arrêtez toute persécution de nos camarades, la répression violente des manifestations et des évacuations dans les espaces occupés, parce que la prochaine fois nous n’attaquerons pas les fenêtres et les portes de douche

ANARCHIKI-ES

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)




Source: Sansnom.noblogs.org