Juillet 28, 2021
Par Attaque
359 visites


Act for freedom! / dimanche 25 juillet 2021

Dans la conscience des gens, l’une des professions les plus infâmes est celle d’agent de recouvrement de créances. Quelle que soit sa forme, des hommes de main de l’usurier au percepteur des impôts, en passant par les bureaux rutilants des centres d’appels des sociétés de recouvrement d’aujourd’hui, l’agent de recouvrement est un personnage universellement détesté.

Et, toujours, les « professionnels » du secteur gagnent leur argent en pourcentage de ce qu’ils parviennent à soutirer, à force de menaces, à des personnes faibles et effrayées, qui risquent de tout perdre.

Le recouvrement est l’endroit où les services traditionnels de la mafia rencontrent les besoins de l’État moderne. Ce n’est pas par hasard que derrière tous les grands patrons de sociétés de recouvrement, vous trouverez directement des personnes de pouvoir ou des entrepreneurs dans d’autres secteurs.

Et autour des grands sociétés du secteur, une horde de corbeaux : des cabinets d’avocats aux personnes à la limite entre la légalité et l’illégalité.

Il y a beaucoup d’argent à collecter auprès des pauvres et maintenant que la crise du Covid se transforme en crise économique et que de nouveaux Mémorandums viendront, les prêteurs de fonds nationaux, notamment les banques, vont resserrer encore plus les cordons de la bourse.

Nous avons beaucoup entendu parler des moyens qu’ils utilisent pour recouvrer les dettes.
Nous voyons que l’État se moque de nous, avec de prétendus projets de loi visant à limiter le harcèlement de ces sociétés, alors qu’ils ne sont même pas capables d’arrêter ce que fait un agent de recouvrement.

Nous savons à quoi nous mènera le programme des banques pour se débarrasser des prêts en retard de payement. Des coups de pression pour le payement des recettes et des ventes aux enchères, voilà le scénario pour l’avenir.
Les gens doivent réagir et tôt ou tard ils le feront.

Nous visons les sociétés de recouvrement de manière incessante, persistante, agressive, comme nous le faisons pour n’importe quel parasite de l’État et n’importe quel patron.

Que la période à venir ne soit pas difficile seulement pour les pauvres qui décrochent le téléphone et entendent des sociétés de recouvrement les menacer.

REFUSER LA PEUR EST LE PREMIER PAS EN AVANT

Syndicat Noir




Source: Attaque.noblogs.org