par PAT DE BOTUL le 22 mars 2016

Assureurs menteurs

Comme tous les ans, Henri de Castries le patron d’AXA, proche de Sarkozy, présentait son grand raout d’autosatisfaction devant la presse spécialisée (sourde et muette) du secteur (ou lobby) de l’assurance. Ses méthodes managériales musclées lui ont permis d’être nommé manager de l’année en 2008 et d’entrer dans le “Top 10” des patrons les mieux payés. Faut-il encore rappeler le suicide en 2003 d’un de ses agents dénonçant la politique de la direction d’AXA qui licenciait ses agents jugés “les moins productifs” ? L’homme s’était immolé par le feu devant le siège social. Après un plan de restructuration les choses ne se sont pas arrangées avec le non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux ; 1.500 emplois délocalisés au Maroc et des conditions de travail de plus en plus dures pour les salariés de l’entreprise qui, d’après les syndicats, s’apprête à supprimer encore 15.000 emplois d’ici quatre ans en France pour le plus grand bénéfice des actionnaires gorgés de dividendes. Après ces “bons” résultats, De Castries devrait quitter AXA pour prendre la tête de la banque britannique HSBC, au cœur de nombreux scandales d’évasion fiscale. Mais il reste un modèle pour le business !

Réagir à cet article

Écrire un commentaire …