165 visites

Une initiative de l’intersyndicale du ministère du travail CGT, CNT, FSU, SUD.

Après deux ans de pandémie, retrouvons-nous enfin !

Cher.es collègues du Ministère du travail, de l’emploi, et de la formation professionnelle,

Ces 10 dernières années les agent.es ont vu s’empiler une succession de réformes et contre-réformes (révision générale des politiques publiques en 2006, mise en place des DIRECCTE en 2009, réforme du système d’inspection en 2014, fusion des régions en 2016 accentuant l’éloignement entre l’échelon régional et l’échelon départemental, « modernisation » de l’action publique, programme Action publique 2022, création récente des DREETS, DRIEETS, DEETS et des DDETS/PP et dissolution des unités départementale des Direccte dans les DDI sous l’égide des préfet.es). Toutes au nom de l’efficacité, l’efficience à grands renforts de « synergie », « action en système », « transversalité », etc. La novlangue managériale employée ne saurait masquer leur impact profond sur les conditions de travail et, au-delà, sur le sens même du travail.

Nombre d’agent.es du ministère sont démotivé.es par la dégradation sans fin de leurs conditions de travail. Les logiques de « rentabilité » appliquées au service public, de reporting, de management par le chiffre ont abouti immanquablement à une perte de sens dans l’exercice des missions pour les agent.es du ministère et ont contribué à distendre le lien de proximité avec les usager.es. Elles se sont accompagnées d’une destruction des moyens humains, juridiques et matériels de notre service public et ont été le creuset d’une perte de confiance entre les agents et leur administration.

Plus récemment, la crise épidémique a également agi comme un révélateur des carences existantes : les services de l’emploi comme par exemple ceux de l’activité partielle ont massivement distribué de l’argent public aux entreprises sans avoir les moyens réels de contrôler les conditions d’octroi de ces aides de l’Etat. Les agent.es assurant habituellement l’accueil du public et les secrétariats ont été purement et simplement renvoyés chez elles et eux comme des quantités négligeables. Les agent.es des fonctions support, par exemple informatiques et RH, en surchauffe, ont dû pallier la désorganisation ambiante sans direction ni moyens. Les agent.es de contrôle de l’inspection du travail ont vu l’exercice leurs missions entravées et leur indépendance remise en cause. Des procédures disciplinaires iniques ont été mises en œuvre. Globalement, dans tous les services du ministère, les conditions de travail des agent.es se sont fortement dégradées.

Au-delà on ne peut penser la situation actuelle des services du ministère du travail sans la lier aux attaques subies par l’ensemble des acteur.ices et institutions du monde du travail  ces dernières années (prud’hommes, médecine du travail, etc.) ainsi que l’ensemble des lois antisociales intervenues fragilisant toujours plus les travailleur.euses avec ou sans emploi.

Le temps est venu de nous réapproprier nos missions. Qui sommes-nous ? Qui servons-nous ? Que voulons-nous en tant que service public ? Le ministère du travail est-il vraiment au service des travailleur.euses ? Si nous considérons qu’un service public ne saurait avoir de sens en se coupant de son public, ces questions doivent également être posées au reste de la société !

Comme en 2006 et en 2012, RÉUNISSONS-NOUS LES 20, 21 et 22 JUIN 2022. À LA BOURSE DU TRAVAIL DÉPARTEMENTALE DE BOBIGNY, pendant trois journées au cours desquelles nous pourrons échanger sur ces doléances et propositions : entre collègues, avec les usager.es et organisations professionnelles, mais aussi avec des associations et des chercheur.euses. Ces journées seront couvertes par des autorisations spéciales d’absence rémunérées.

NOUS APPELONS DES MAINTENANT À SE RÉUNIR EN ASSEMBLÉES GÉNÉRALES LOCALES, avec l’appui des organisations syndicales. Organisées sur heures d’information syndicale, chèques syndicaux ou autres droit syndicaux, ces réunions pourront être l’occasion de :

  • Noter et faire remonter vos doléances ;
  • Formuler des propositions concernant votre vision du service public du travail et de l’emploi pour demain.

N’hésitez pas à nous contacter si vous voulez faire partie du comité d’organisation intersyndical élargi.


Pour organiser au mieux les assises, inscrivez-vous dès que possible en complétant le formulaire joint et en l’adressant à [email protected]





Source: Cnt-tas.org