Mars 19, 2019
Par Rebellyon
182 visites


Les Queers luttent depuis toujours pour leur existence et leur survivance. En 1969, un contrôle policier de trop dans un contexte de répression politique intense a fait éclater leur colère à New York. Ce furent les révoltes de Stonewall !

L’année suivante, un groupe de pédés blancs décide de commémorer cet événement en marchant pour le Christopher Street Liberation Day : la Gay Pride est née.

En 1977, elle arrive en France et nous nous approprions cet événement étasunien comme partie de notre histoire du mouvement de libération homosexuel.

Dès la première marche et jusqu’à aujourd’hui, les personnes ayant joué un rôle clef dans les émeutes de Stonewall sont exclues des manifestations et des revendications.

Les luttes queer, trans, racisées, des travailleureuses du sexe, des migrant.e.s, des sans-abris sont laissées au second plan, instrumentalisées ou totalement effacées.

A la place, la marche des fiertés s’est faite marchandisée.

Dans ces “pride” on retrouve des entreprises capitalistes qui se présentent comme “LGBT-friendly” mais qui viennent en réalité se faire un coup de pub à moindre frais sur nos gueules ; la République En Marche ou la CFDT prennent la tête du cortège “politique” alors que ce cortège est censé refléter les aspirations des personnes présentes dans la marche ; le tout sous fond de techno qui invisible et rend inaudible toute revendication politique. Pire dans certaines villes des partis d’extrême droite et chars pink-washés sont protégés par le service d’ordre de la marche pendant que les queer qui protestent contre leurs présence se font tabasser main dans la main par les flics et ce même service d’ordre, comme ce fut le cas à Bruxelles ou Grenoble l’an dernier.

Lassé-e-s de cette réappropriation et de cette dépolitisation constante au profit de nos ennemis, nous avons été l’an dernier des centaines de queers vénères à descendre sur le pavé pour reprendre nos luttes en main à l’occasion des deux premières Pride de Nuit Lyonnaises en non-mixité queer. Du jamais vu dans l’histoire du mouvement queer dans la région.

Autant de forces pour crier à la re-politisation de nos luttes.

Nos luttes queer sont anti-patriarcales, anti-autoritaires, anti-racistes, anti-fascistes, anti-capitalistes et anti-LGBTIphobes. Nous luttons contre toutes les oppressions et dans leur intersection.

Nous sommes féministes, fières et vénères !

Cette année encore, nous organiserons une Pride de Nuit radicale en réponse à la marche mainstream.

Cette année nous souhaitons aller plus loin à l’occasion des 50 ans de Stonewall qui représente désormais une des dates clef du souvenir de nos luttes.

Nous aimerions organiser ensemble une quinzaine de festivités queer radicales qui se clôturerait par la pride de nuit !

Nous appelons toutes les associations, collectifs, groupes, gangs, individualités de Lyon, des environs et si possible de toute la région Rhône Alpes d’organiser un ou des événements et à produire des contenus (archives, affiche, lectures, tables rondes, conférences, expositions, concerts, performances, fanzines, …)

Nous ferons un programme commun pour cette quinzaine de commémoration des luttes Queers.

Nous vous proposons une première rencontre pour discuter de la forme et coordonner les propositions et anticiper la Pride de Nuit le vendredi 22 mars à 19h à la Luttine, 91 Rue Montesquieu, 69007 Lyon.

Fières vnr, pas prêtes de s’taire !




Source: