Le chômage tuerait entre 10 000 et 20 000 personnes chaque année et aurait des conséquences dramatiques sur la santé, selon une estimation de Pierre Meneton, auteur d’une étude sur la santé des chômeurs-ses pour l’institut français pour la santé et la recherche médicale.

Les étudiant-e-s sont les premiers-ères touché-e-s par les réformes de Macron. En généralisant le travail précaire et en restreignant peu à peu l’accès à l’assurance chômage, le gouvernement crée depuis des années les conditions qui nous conduiront à accepter n’importe quel boulot pour n’importe quelles conditions. Le contexte de mobilisation de la réforme des retraites est l’occasion de mettre à l’ordre du jour la question de la précarité, de discuter de nos conditions de travail et d’élaborer nos propres revendications. Nous ne voulons pas seulement une retraite, nous voulons aussi une vie digne dès maintenant. Précaires du secteur de la culture, travaillant en bibliothèque ou dans les musées ou autres lieux culturels ; vacataires, contractuel-le-s ou employé-e-s de la sous-traitance, rassemblons-nous et discutons en AG.

Rendez-vous le 27 janvier à 19h.

Centre international de culture populaire (CICP)

21 ter Rue Voltaire 75011 Paris, France.

Grande salle « Al-Feneiq »


Article publié le 22 Jan 2020 sur Paris-luttes.info