Accueil > Articles > Arrestation de Vincenzo en Bretagne après des années de cavale


dimanche 18 août 2019


Vincenzo, condamné à 13 ans et 3 mois de prison pour « dévastation et pillage » après le G8 de Gênes en 2001, a été arrêté jeudi dans le Morbihan. Il avait été condamné à 10 ans et 6 mois en première instance, la cour d’appel avait alourdi la peine à 13 ans et 3 mois en 2009, la peine a été confirmé par la cour de cassation en 2012. Deux mandant d’arrêts européens avaient été délivrés contre lui par les procs de Milan (pour une manifestation « non-autorisée » en 2006 contre la tenue d’une manifestation du parti néofasciste Fiamma Tricolore, pour laquelle il avait été condamné à 4 ans de prison) et de Gênes.


Suite à l’arrestation de l’anarchiste Vincenzo Vecchi, qui a eu lieu en France le 8/08/2019 grâce au travail conjoint de la police italienne et française, ce matin (14 août) à 11h00, à la cour d’appel de Rennes, a eu lieu l’audience concernant l’extradition en Italie. D’après le peu d’informations qu’il a été possible d’avoir jusqu’à présent, les juges n’ont rien décidé au cours de l’audience concernant l’extradition, car il leur manquerait « plusieurs éléments » nécessaires. Une nouvelle audience est prévue pour le 23 août. Il devrait donc vraisemblablement rester détenu à la prison de Rennes pendant cette période.

[…] Le greffe de la taule n’a pas fourni le numéro d’écrou aux compagnons qui ont appelé, prétextant qu’il suffirait d’indiquer son nom et prénom pour que le courrier lui soit livré. On peut toujours essayer. Voici donc son adresse :

Vincenzo Vecchi

Centre pénitentiaire de Rennes-Vezin

Rue du Petit Pré

35132 Vezin-le-Coquet

France (Francia)

Vincenzo était en cavale et recherché depuis 2012, après la condamnation définitive de 11 ans et 6 mois de prison prononcée contre lui pour les charges (plus précisément, le délit de « dévastation et pillage ») liées aux jours de révolte contre le sommet du G8 à Gênes en juillet 2001.

Ci-dessous se trouve une déclaration de Vincenzo lue au tribunal en 2007, lors du procès au cours duquel une vingtaine de personnes ont été accusées de la révolte contre le G8 et de certains faits spécifiques survenus à l’époque.

[Depuis Cracher dans la soupe.]


Article publié le 18 Août 2019 sur Non-fides.fr