Sergio Herrera, délégué syndical du secteur de la santé, a été arrêté dans la rue et la nuit, dans le meilleur style de la dictature militaire. La situation est aggravée par le fait que plusieurs heures après l’arrestation, on ignorait où se trouvait le camarade Herrera.

Herrera était l’un des dirigeants accusés par le gouvernement provincial des événements qui se sont déroulés à l’entrée de la Maison du gouvernement de Jujuy le mercredi 18 août, alors que le SEOM Jujuy tentait de remettre une pétition sur les négociations salariales. Dans ce contexte, une lutte mineure avec les forces de sécurité a servi de prétexte au gouvernement de Gerardo Morales pour lancer une campagne de criminalisation contre le syndicat, l’accusant de vouloir prendre d’assaut le siège du gouvernement. Le syndicat municipal demandait une augmentation de salaire pour suivre l’inflation.

Samedi, la justice a annoncé le mandat d’arrêt contre Álvaro Sandoval, secrétaire de presse du syndicat et également ce jour seulement le mandat d’arrêt contre Sergio Herrera, qui a été détenu pendant douze heures sous la garde des agents de la Brigada de Investigaciones.




Source: Laboursolidarity.org