AprĂšs 30 ans de « mise en concurrence Â», le gouvernement vient de dĂ©cider de ne pas renouveler le contrat des entreprises privĂ©es de fret ferroviaire. Le ministĂšre des transports a dĂ©cidĂ© de rejeter la prolongation des concessions de fret ferroviaire sur les lignes Sarmiento, Mitre et Roca. Le service aujourd’hui assurĂ© par Ferroexpreso Pampeano, Nuevo Central Argentino et Ferrosur Roca passera sous la responsabilitĂ© de Trenes Argentinos Cargas (TAC). L’administration de l’infrastructure ferroviaire et de tous les actifs sera confiĂ©e Ă  Trenes Argentinos Infraestructura. Le ministre des transports a toutefois clairement dit que le projet est de fonctionner avec des partenariats public-privé 

Les organisations membres du RĂ©seau Rail Sans FrontiĂšre et du RĂ©seau syndical international de solidaritĂ© et de lutte note que plusieurs gouvernements ont pris des dĂ©cisions en ce sens ces derniers mois. Ils ne le font pas par souci du bien commun, mais parce l’aboutissement de dizaines d’annĂ©es de services ferroviaires privatisĂ©es est catastrophique ; le choix de la privatisation et de l’éclatement est politique ; c’est pourquoi d’autres pays poursuivent dans cette voie. Syndicalistes, du secteur ferroviaire ou d’autres secteurs, nous affirmons qu’il faut un service public ferroviaire unifiĂ© (transport et infrastructure), socialisĂ© afin de rĂ©pondre au mieux aux besoins des populations en partant des dĂ©cisions de celles et ceux qui font fonctionner le chemin de fer, c’est-Ă -dire les cheminotes et cheminots !




Source: Laboursolidarity.org