Ce vendredi 15 avril à Montpellier, alors que des lycéens venaient tout juste de faire les frais d’un violent déchainement de vengeance policière, plusieurs lycéens interpellés lors de la manifestation du 14 avril passaient en comparution immédiate au Tribunal de Grande Instance.

Après la police, la justice s’acharne à son tour sur les lycéens mobilisés

Ce vendredi 15 avril à Montpellier, alors que des lycéens venaient tout juste de faire les frais d’un violent déchainement de vengeance policière, plusieurs lycéens interpellés lors de la manifestation du 14 avril passaient en comparution immédiate au Tribunal de Grande Instance. Face à ces jeunes accusés d’avoir voulu protéger leur manifestation face à l’avancée brutale des CRS, la justice a été particulièrement impitoyable. Deux élèves du lycée Jules Guesde ont été condamnés à 2 et 3 mois de prison avec sursis, assorti de 400 € de dommages et intérêts au profit des policiers pour le second lycéen. Un troisième lycéen a été condamné à 1 mois de prison avec sursis.

A la brutalité policière s’ajoute désormais la férocité judiciaire contre les lycéens mobilisés contre la Loi Travail, majoritairement issus de classes populaires. La répression ne connait pas de vacances, et plusieurs dizaines de lycéens, majeurs et mineurs, passeront au tribunal au mois de mai.

Il est urgent mettre en place une solidarité concrète avec les lycéens poursuivis et condamnés. Pour cela, nous appelons toute personne interpellée, ou connaissant quelqu’un d’interpellé à prendre contact rapidement avec nous afin de mettre en place des outils collectifs de défense juridiques face à l’acharnement judiciaire.

La répression n’arrêtera jamais nos rebellions !

SCALP – No Pasaran 34
www.scalp34.wordpress.com[email protected]

Lire l’article sur le site du SCALP – No Pasaran 34