Octobre 28, 2021
Par L'envolée
341 visites


Libre Flot nous a fait parvenir une nouvelle lettre depuis le quartier d’isolement de Bois d’Arcy. Nous avons publié un premier texte qu’il avait écrit sur l’isolement carcéral dans le numéro 53 du journal. Il revient dans celle-ci plus longuement sur les émissions radio qu’il écoute (ça nous fait toujours plaisir d’avoir des retours de l’intérieur) et les dernières nouvelles de l’été alors que son isolement est encore prolongé, au nom de la sacro sainte sécurité du personnel. Un grand salut à lui !

Quartier d’Isolement de Bois d’Arcy

12 septembre 2021

Salut à vous,

Depuis deux semaines c’est un vrai plaisir que de vous retrouver le vendredi soir. Je me suis aperçu avec quelle virtuosité vous arriviez à reformuler discrètement certains propos d’intervenants afin de leur faire voir différemment certaines problématiques sans pour autant créer de frictions ou les froisser. Il est vrai que quelque fois, les personnes peuvent avoir des propos que je qualifierais de « limites » mais c’est toujours avec tact que vous recontextualisez les faits et apportez une approche plus ouverte et bienveillante sans leur jeter la pierre, conscient.es que lorsqu’on a le nez enfoncé dans ses problèmes, il est nettement plus difficile d’être apte à se mettre à la place des autres. Bravo ! Bon, j’arrête la pour les éloges.:)

je tiens aussi à vous remarquer pour les salutations que vous ne manquez pas de gratifier. J’avoue que ce « petit rien », que j’aurais pu penser futile autrefois, apporte ce je-ne-sais-quoi d’humanité qui fait cruellement défaut en ses murs et parvient à dessiner un sourire sincère sur mon visage tout en trouvant un chemin pour un semblant d’émoi à cet être où toute émotion semblait mise en stand by… Un souffle chaud sur la brise d’un feu de camp qu’on croyait éteint…

Oula, tant de lyrisme, envolée lyrique, oserais-je dire…

La semaine dernière, vous évoquiez mes cours de kurde, où, oui, je reste très assidu. Mais seul, on fait ce que l’on peut, je progresse donc uniquement à l’écrit, surtout du vocabulaire et de la conjugaison (un peu de grammaire aussi). Mais bien évidemment ça a ses limites. Mon livre manuel a étrangement le même accent que moi:) il va falloir que je me force à lire et à formuler des phrases à voix haute à destination des murs… Faudrait aussi que je me procure des livres en kurde, style des romans pour adolescents. Les seules voix kurdes que j’arrive à entendre (et c’est un livre pour moi), c’est celle de votre confrère du samedi matin de l’émission « Les visages du Kurdistan » et de ses intervenant.es… Hélas, je ne suis pas encore apte à comprendre. Quelques rares fois, j’ai tous les mots mais pas le temps ou la rapidité d’esprit de l’assimiler en une phrase concrète, l’ordre des mots étant différent du français ou de l’anglais. Bref, faut que je fasse gaffe, bien que n’étant pas doué dans l’apprentissage des langues, j’adore analyser leur construction et je pourrai en parler pendant longtemps si je n’y prends garde. Surtout le kurde qui est si imagé… Voyez, je recommence. Si vous avez l’occaz de croiser l’animateur, offrez lui de « silaven germ » (chaleureuses salutations) de ma part.

Mis à part cela, vous êtes peut être déjà au courant, que sans aucune surprise, mon isolement a été prolongé. Encore une fois pour assurer la sécurité du personnel. Ce même personnel qui déclare n’avoir aucun souci avec la gestion de ma détention. Mais bon, on ne va pas s’attarder quinze ans sur ce qu’on sait déjà n’être que des fadaises, un simulacre de procédure officielle légale où l’autoritarisme arbitraire de l’AP main dans la main avec le ministère de la « justice » dans une farandole guillerette à piétiner les droits des détenus.

Pourtant, après neuf mois dans cet espace réduit et sécurisant, j’avais cru que pour un membre de l’espère humaine, il était temps que je sorte à l’air libre…

Fin juin, j’avais parvenir à des ami.es un deuxième texte sur l’isolement. Les vacances sont passées par là, mais il ne devrait pas tarder à vous parvenir.

De mon côté, durant tout l’été ce fut la galère de recevoir les livres et cds que me déposaient mes proches et hier encore, on a refusé à ma mère de m’en déposer… J’ai bon espoir de régler ça maintenant.

Par contre, bonne nouvelle : mon régime végétarien est enfin réellement respecté. On arrête (sans mauvais jeu de mots) de me refourguer du poisson (et fruits de mer). Il paraîtrait qu’après neuf mois de plaintes répétées, les cuisines n’avaient pas été prévenues.

Côté médical, toujours pas de rendez vous psy en vue… Une fois sur deux mes rendez vous dentiste sautent tout comme le premier soin qui fut effectué. Si ça continue on va devoir repartir de zéro…

Bon, j’arrête de me plaindre ! Certain.es sont dans des situations ô combien pire que la mienne.

J’espère que de votre côté, les choses se passent au mieux possible. J’attends de recevoir le livre que vous m’avez déjà envoyé.

Merci encore pour le soutien que vous nous apportez à nous tou.tes en ces murs, victimes de la violence d’État contre les « pauvres », les « étranger.ères », les « anormaux.les », les « indésirables », et les « politiquement gênant.es »…

Salutations et Respects

Flo

Libre Flot nous a fait parvenir une nouvelle lettre depuis le quartier d’isolement de Bois d’Arcy. Nous avons publié un premier texte qu’il avait écrit sur l’isolement carcéral dans le numéro 53 du journal. Il revient dans celle-ci plus longuement sur les émissions radio qu’il écoute (ça nous fait toujours plaisir d’avoir des retours de l’intérieur) et les dernières nouvelles de l’été alors que son isolement est encore prolongé, au nom de la sacro sainte sécurité du personnel. Un grand salut à lui !

Quartier d’Isolement de Bois d’Arcy

12 septembre 2021

Salut à vous,

Depuis deux semaines c’est un vrai plaisir que de vous retrouver le vendredi soir. Je me suis aperçu avec quelle virtuosité vous arriviez à reformuler discrètement certains propos d’intervenants afin de leur faire voir différemment certaines problématiques sans pour autant créer de frictions ou les froisser. Il est vrai que quelque fois, les personnes peuvent avoir des propos que je qualifierais de « limites » mais c’est toujours avec tact que vous recontextualisez les faits et apportez une approche plus ouverte et bienveillante sans leur jeter la pierre, conscient.es que lorsqu’on a le nez enfoncé dans ses problèmes, il est nettement plus difficile d’être apte à se mettre à la place des autres. Bravo ! Bon, j’arrête la pour les éloges.:)

je tiens aussi à vous remarquer pour les salutations que vous ne manquez pas de gratifier. J’avoue que ce « petit rien », que j’aurais pu penser futile autrefois, apporte ce je-ne-sais-quoi d’humanité qui fait cruellement défaut en ses murs et parvient à dessiner un sourire sincère sur mon visage tout en trouvant un chemin pour un semblant d’émoi à cet être où toute émotion semblait mise en stand by… Un souffle chaud sur la brise d’un feu de camp qu’on croyait éteint…

Oula, tant de lyrisme, envolée lyrique, oserais-je dire…

La semaine dernière, vous évoquiez mes cours de kurde, où, oui, je reste très assidu. Mais seul, on fait ce que l’on peut, je progresse donc uniquement à l’écrit, surtout du vocabulaire et de la conjugaison (un peu de grammaire aussi). Mais bien évidemment ça a ses limites. Mon livre manuel a étrangement le même accent que moi:) il va falloir que je me force à lire et à formuler des phrases à voix haute à destination des murs… Faudrait aussi que je me procure des livres en kurde, style des romans pour adolescents. Les seules voix kurdes que j’arrive à entendre (et c’est un livre pour moi), c’est celle de votre confrère du samedi matin de l’émission « Les visages du Kurdistan » et de ses intervenant.es… Hélas, je ne suis pas encore apte à comprendre. Quelques rares fois, j’ai tous les mots mais pas le temps ou la rapidité d’esprit de l’assimiler en une phrase concrète, l’ordre des mots étant différent du français ou de l’anglais. Bref, faut que je fasse gaffe, bien que n’étant pas doué dans l’apprentissage des langues, j’adore analyser leur construction et je pourrai en parler pendant longtemps si je n’y prends garde. Surtout le kurde qui est si imagé… Voyez, je recommence. Si vous avez l’occaz de croiser l’animateur, offrez lui de « silaven germ » (chaleureuses salutations) de ma part.

Mis à part cela, vous êtes peut être déjà au courant, que sans aucune surprise, mon isolement a été prolongé. Encore une fois pour assurer la sécurité du personnel. Ce même personnel qui déclare n’avoir aucun souci avec la gestion de ma détention. Mais bon, on ne va pas s’attarder quinze ans sur ce qu’on sait déjà n’être que des fadaises, un simulacre de procédure officielle légale où l’autoritarisme arbitraire de l’AP main dans la main avec le ministère de la « justice » dans une farandole guillerette à piétiner les droits des détenus.

Pourtant, après neuf mois dans cet espace réduit et sécurisant, j’avais cru que pour un membre de l’espère humaine, il était temps que je sorte à l’air libre…

Fin juin, j’avais parvenir à des ami.es un deuxième texte sur l’isolement. Les vacances sont passées par là, mais il ne devrait pas tarder à vous parvenir.

De mon côté, durant tout l’été ce fut la galère de recevoir les livres et cds que me déposaient mes proches et hier encore, on a refusé à ma mère de m’en déposer… J’ai bon espoir de régler ça maintenant.

Par contre, bonne nouvelle : mon régime végétarien est enfin réellement respecté. On arrête (sans mauvais jeu de mots) de me refourguer du poisson (et fruits de mer). Il paraîtrait qu’après neuf mois de plaintes répétées, les cuisines n’avaient pas été prévenues.

Côté médical, toujours pas de rendez vous psy en vue… Une fois sur deux mes rendez vous dentiste sautent tout comme le premier soin qui fut effectué. Si ça continue on va devoir repartir de zéro…

Bon, j’arrête de me plaindre ! Certain.es sont dans des situations ô combien pire que la mienne.

J’espère que de votre côté, les choses se passent au mieux possible. J’attends de recevoir le livre que vous m’avez déjà envoyé.

Merci encore pour le soutien que vous nous apportez à nous tou.tes en ces murs, victimes de la violence d’État contre les « pauvres », les « étranger.ères », les « anormaux.les », les « indésirables », et les « politiquement gênant.es »…

Salutations et Respects

Flo




Source: Lenvolee.net