Juin 29, 2020
Par Paris Luttes
47 visites


Nous informons les citoyen.ne.s français.es et la communautĂ© internationale que, depuis le 4 mai 2020 :

  • Dans la prison d’Angol, au Chili, huit prisonniers politiques mapuches poursuivent une grĂšve de la faim liquide : Sergio Levinao Levinao, Juan Calbucoi Montanares, VĂ­ctor Llanquileo PilquimĂĄn, Juan Queipul Millanao, Sinecio HuenchullĂĄn Queipul, Freddy Marileo Marileo, Danilo Nahuelpi Millanao et Reinaldo Penchulaf SepĂșlveda. Ils demandent leur libĂ©ration en raison de la pandĂ©mie de Covid-19 et du manque de conditions sanitaires dans la prison.

    Par ailleurs, leur porte-parole Rodrigo Kuripan dĂ©nonce que, depuis le 29 mai, la gendarmerie n’a pas permis l’entrĂ©e de mĂ©decins de confiance, ni d’un machi, pour pouvoir prodiguer des soins et connaĂźtre leur Ă©tat de santĂ©.
  • Dans la prison de Temuco, le machi Celestino CĂłrdova poursuit une grĂšve de la faim illimitĂ©e jusqu’à ce qu’il puisse bĂ©nĂ©ficier en lieu et place de sa dĂ©tention de l’assignation Ă  rĂ©sidence dans son espace spirituel et sa communautĂ©, de mĂȘme que les autres prisonniers politiques mapuche.

Il est Ă©tabli dans le droit international des droits humains que la Convention 169 de l’OIT concernant les peuples indigĂšnes et tribaux dans les pays indĂ©pendants doit ĂȘtre prise en compte lors de l’imposition de sanctions pĂ©nales prĂ©vues par la lĂ©gislation nationale. Cette convention a Ă©tĂ© ratifiĂ©e par l’État du Chili le 15 septembre 2008.

La DĂ©claration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, approuvĂ©e le 13 septembre 2007 par l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations unies, doit Ă©galement ĂȘtre prise en compte. Ceci, en vertu du principe des normes minimales pour l’exercice des droits humains de ces peuples et conformĂ©ment Ă  la Convention n° 107 de 1957 sur la protection et l’intĂ©gration des peuples autochtones en vue de leur assimilation dans les sociĂ©tĂ©s occidentales.

Nous informons Ă©galement les citoyen.ne.s français.es et la communautĂ© internationale qu’environ 2 500 militants de l’explosion sociale qui a commencĂ© le 18 octobre 2019 se trouvent dĂ©tenus dans plusieurs prisons du Chili. La majoritĂ© d’entre eux sont des jeunes, parfois mineurs, qui ont manifestĂ© pour la premiĂšre fois pour un Chili plus juste, plus Ă©galitaire et plus dĂ©mocratique. Tous ces jeunes sont en dĂ©tention prĂ©ventive depuis 8 mois pour certains, dans des espaces surpeuplĂ©s et insalubres, sans aucune protection sanitaire ou infirmerie contre la pandĂ©mie qui s’étend Ă  tout le pays.

Parmi eux, deux jeunes viennent d’ĂȘtre condamnĂ©s Ă  des peines disproportionnĂ©es, tel que ce fut le cas d’anciens prisonniers politiques qui purgent encore des lourdes peines.

Nous demandons instamment et en urgence aux autoritĂ©s de l’État chilien :

  • Que les huit prisonniers politiques mapuches en grĂšve de la faim Ă  Angol et le Machi Celestino Cordova, Ă  Temuco, puissent bĂ©nĂ©ficier de l’exĂ©cution de leur peine dans leur territoire, conformĂ©ment Ă  la Convention 169 de l’OIT et aux autres traitĂ©s de droit international.
  • Que tous les prisonniers du soulĂšvement social bĂ©nĂ©ficient de l’assignation Ă  rĂ©sidence en lieu et place de leur dĂ©tention prĂ©ventive jusqu’à la fin de leur procĂšs.
  • Que dans le cas des prisonniers politiques antĂ©rieurs Ă  la rĂ©volte, le gouvernement chilien effectue le mĂȘme geste qu’il a accompli en faveur des condamnĂ©s pour crimes de lĂšse humanitĂ© qui ont pu quitter la prison, c’est-Ă -dire de commuer leurs peines grĂące aux prĂ©rogatives prĂ©sidentielles.

Nous appelons Ă  la protection internationale de la vie des neuf prisonniers politiques mapuche en grĂšve dela faim depuis le 4 mai.

Nous appelons à la protection internationale de la vie des milliers de prisonniers de la révolte sociale au Chili.

RASSEMBLEMENT MERCREDI 1er JUILLET 2020 FACE À L’AMBASSADE DU CHILI (2 Avenue de la Motte Picquet, Paris 7e), À PARTIR DE 17h30



Appellent : Association d’Ex Prisonniers Politiques chiliens – France, Collectif Droits de l’Homme au Chili (France), Collectif international parrainage des prisonniers politiques de la rĂ©volte sociale au Chili, CSIA Nitassinan (ComitĂ© de SolidaritĂ© avec les Indiens des AmĂ©riques), SecrĂ©tariat international de la CNT, Terre et LibertĂ© pour Arauco …






Source: Paris-luttes.info