Juin 13, 2021
Par Le Monde Libertaire
174 visites


Le mouvement anarchiste et le mouvement syndicaliste révolutionnaire apportèrent leur soutien inconditionnel à la Révolution russe à ses débuts, mais peu à peu, au fur et à mesure que les informations parvenaient en Europe occidentale, des doutes apparurent sur le caractère émancipateur de la révolution et sur la nature réelle du régime mis en place par les bolcheviks.

Ayant un besoin vital de soutien international, le pouvoir soviétique créa en mars 1919 l’Internationale communiste – ou Komintern – dont la fonction fut dans un premier temps de contribuer au succès de la révolution mondiale mais qui rapidement se contenta d’encourager la formation de partis communistes destinés à soutenir la politique internationale de la Russie communiste. En effet, les bolcheviks se rendirent compte qu’une Internationale des partis se suffisait pas car la masse du prolétariat international échappait à leur contrôle : la plus grande partie était sous la domination d’organisations réformistes, tandis qu’une forte minorité, très active, était dans les organisations syndicalistes révolutionnaires.
Ils créèrent donc en 1921 une annexe syndicale au Komintern : l’Internationale syndicale rouge – ou ISR,

dont la fondation eut des conséquences très importantes sur le destin ultérieur du mouvement syndicaliste révolutionnaire, provoquant une fracture irrémédiable qui sera à l’origine de la formation de l’anarcho-syndicalisme.
Les syndicalistes révolutionnaires tentèrent à plusieurs reprises de parvenir à un compromis avec les bolcheviks, notamment sur la question de l’indépendance syndicale.
Mais rapidement, ils parvinrent à un double constat:
a) Aucun compromis avec les bolcheviks n’était possible ;
b) Le mouvement syndicaliste révolutionnaire ne pouvait pas rester isolé au plan international. Ils résolurent donc de fonder, à Berlin à la fin de l’année 1922, une Internationale syndicaliste révolutionnaire: L’association Internationale des Travailleurs. [note]

L’année 2021 marque le centenaire du congrès de constitution de l’ISR, qui fut le principal instrument de pénétration du communisme dans les organisations syndicales de la planète, souvent dominées par le syndicalisme révolutionnaire. Par des méthodes agressives conduisant souvent à des scissions, l’ISR parvint à entamer l’influence du courant syndicaliste révolutionnaire et à prendre le contrôle du mouvement syndical. L’un des rares exemples d’échec de cette stratégie fut la CNT en Espagne.

Le Monde libertaire a publié en 2020, dans sa version en ligne, une série d’articles consacrés à cet événement [note] . Le Cercle d’études libertaires Gaston-Leval ([email protected]) lance un appel international aux camarades qui seraient intéressés afin de rédiger un document relatant l’histoire de l’implantation de l’ISR dans leur pays, la manière dont cette implantation s’est faite et les conséquences que cela a pu avoir sur le mouvement syndical et/ou révolutionnaire.

Un tel travail nous semble absolument nécessaire : en effet, si les méthodes de pénétration des organisations de masses ordonnées par l’Internationale communiste et mises en application par l’Internationale syndicale rouge ont été si efficaces, cela est peut-être également dû aux carences mêmes du mouvement syndicaliste révolutionnaire et du mouvement anarchiste, qui n’ont pas su y faire face. C’est ce que les camarades brésiliens appellent la “perte du vecteur social”, c’est-à-dire la perte de l’implantation de masse. Faire le bilan sans concession de cet échec est sans doute le meilleur moyen d’envisager une stratégie réaliste pour l’avenir.

Salutations libertaires,
René Berthier
Cercle d’Etudes libertaires Gaston-Leval, Juin 2021
—————————————————————————————————————————————

Modalités pratiques:

Dans la mesure où les articles, traduits par nos soins, seront publiés sur le Monde libertaire en ligne, il n’y a théoriquement pas de limite d’espace. Cependant, il nous semble qu’il n’est raisonnablement pas souhaitable qu’ils dépassent une certaine limite de longueur.
Un maximum de 3 500 mots ou 25 000 caractères (avec les espaces) nous semble raisonnable.
Les documents devront être envoyés au Cercle d’études libertaires Gaston-Leval,
[email protected]

DATE LIMITE: Les articles seront publiés jusqu’en décembre 2022, date du centenaire de la fondation à Berlin de l’Association Internationale des Travailleurs.

Gaston-Leval, [email protected]
monde-nouveau.fr




Source: Monde-libertaire.fr