Septembre 25, 2019
Par La Rotative (Tours)
397 visites


Depuis des mois les personnels des urgences hospitalières crient que ce n’est plus possible de continuer dans ces conditions et réclament des postes et des lits. La ministre de la Santé fait la sourde oreille et propose de fausses solutions pour court-circuiter les urgences sans répondre à cette revendication. Des moyens financiers vont être mis par exemple pour communiquer par vidéo entre EHPAD et SAMU. Les personnes âgées n’auraient-elles pas le droit d’être examinées par un vrai médecin ?

Les salariés des EHPAD ne sont eux-même pas en nombre suffisant pour s’occuper correctement des résidents ce qui provoque des pathologies qui pourraient être évitées. Ce sont des humains formés et en nombre suffisant qu’il faut pour s’occuper des patients, mais toutes les restructurations sont faites pour enlever des postes et des lits.

Le procès du Médiator qui vient de commencer montre qu’on ne peut faire confiance aveuglément aux autorités de santé. Irène Frachon et les victimes du Mediator ont dû faire face aux laboratoires Servier et aux autorités de santé qui autorisent la sortie des médicaments. Le dénominateur commun est la politique d’austérité en matière de santé avec les attaques contre la sécurité sociale et la marchandisation de la santé.

Le collectif 37 Notre Santé en Danger appelle les usagers à participer à la manifestation « Au secours de la santé » le 26 septembre à 14h place Jean-Jaurès aux côtés des personnels de la santé des pompiers…. Il appelle également à manifester le 28 septembre 2019, pour le droit à l’avortement à 15h place Jean Jaurès à Tours .




Source: Larotative.info