Les Sans-Papiers et migrantEs ont été en première ligne pendant la crise, exploitéEs dans les pires des conditions dans des secteurs qui ont continué à tourner (nettoyage, livraison, bâtiment, service à la personne, restauration même des étudiants..) ou perdant leur emploi sans chômage partiel, retenuEs dans les CRA, vivant à la rue ou hébergéEs dans des hébergements souvent précaires et insalubres.

Le refus du pouvoir de régulariser touTes les Sans-Papiers pour leur donner accès aux droits et conditions permettant de lutter contre la propagation du virus, de fermer les Centres de rétention et de réquisitionner bâtiments et logements vides pour loger touTEs les sans-abris et mal-logéEs a mis en évidence l’hypocrisie de ses discours « sanitaires ».

Avec sa volonté d’ignorer leur contribution au travail qui a permis pendant cette période de crise sanitaire et permet tous les jours à ce pays de fonctionner, il laisse volontairement les sans-papiers exploité-es, sans droits, dans une situation d’inégalité et d’injustice totale.

La crise a pourtant montré que ces mesures de justice et d’égalité étaient aussi des mesures indispensables pour construire une société plus solidaire et plus sûre y compris sur le plan sanitaire.

Le 30 mai et le 20 juin à Paris, et dans plus d’une dizaine d’autre villes , des milliers de Sans-Papiers ont été en première ligne de la lutte contre les atteintes aux libertés au nom de « l’urgence sanitaire ». Ils et elles ont bravé l’interdiction de manifester aux côtés de soutiens pour demander leur régularisation.

Mais aucune réponse n’est venue. Alors si le pouvoir n’entend pas, il faut crier plus fort ! C’est pour cette raison que nous appelons se rassembler plus nombreuses et plus nombreux le 15 juillet au Square Charles De Gaulle sortie de métro capitole à partir de 18:00.

Pour la régularisation de touTEs les Sans-Papiers et MigrantEs, le logement pour touTes et la fermeture des CRA.



Pour l’égalité des droits et la fin des discriminations ! Pour la liberté !

Collectif des sans-papiers 31 et le collectif de défense des étudiants sans papiers Toulouse .

soutenu par :

Solidaires 31 (LDH, La Cimade, RESF 31), cercle des voisins, NPA, révolution permanente, les jeunes insoumis.Es, Union des étudiants et étudiantes des Toulouse UET, DAL 31, collectif Toulouse Anti CRA, La CRÉA , La Perm 31, UCL, La Case de Santé,Comité Vérité et Justice 31, Collectif Etrangers-E-S Malades 31, RETSER, BDS, Survie 31.


Article publié le 09 Juil 2020 sur Iaata.info