Février 21, 2022
Par Contrepoints (QC)
287 visites

Plus le temps avance, plus notre système capitaliste dopé aux stéroïdes contribue à la dégradation des conditions climatiques et écologiques qui assurent notre survie. On fonce tout droit vers le mur alors que nos gouvernements se liguent avec des pétrolières, l’industrie forestière et les minières pour continuer de faire passer des projets écocidaires, comme le gazoduc de Coastal GasLink en terre Wet’suwet’en, les coupes à Fairy Creek et les dernières annonces permettant aux minières d’émettre encore plus de particules de zinc et de nickel au soi-disant Québec. Pour défendre leur droit de nous amener à la fin du monde, ils achètent des guns, des flics et des prisons, parce qu’ils savent que les gens résistent, ont toujours résisté et continueront de le faire. L’extractivisme va main dans la main avec le colonialisme et l’oppression des peuples autochtones et ces logiques font tourner le système capitaliste qui nous maintient dans une misère qui va de mal en pis.

On a arrêté de compter sur les hypocrites qui nous gouvernent depuis un bon moment, mais Trudeau et Legault s’efforcent à battre des osties de records. Nos gouvernements continuent de s’acharner sur les personnes non-vaccinées pour ne pas adresser la faute de tous les gouvernements paternalistes des dernières décennies qui sont responsables des conditions de travail insupportables en enseignement et en santé, des milieux majoritairement féminins. Comme d’habitude, l’argent, il y en manque toujours pour les écoles et les hôpitaux, mais jamais pour les flics et pour les prisons pour migrant-e-s. En plus, nos gouvernements se lavent les mains des violences qu’ils font subir en s’attaquant aux “wokes”, en disant que “les Québécois, on n’est pas si pire.” Entre autres, Legault met de l’avant des projets de loi transphobes et interphobes (PL-2) et xénophobes (PL-21) en plus de refuser d’appliquer le principe de Joyce et de considérer la crise du logement comme telle. Alors que la catastrophe écologique continue de sévir sur le globe, nos gouvernements nous vendent un monde de chars électriques de marde insoutenable qui garde la population dans l’asservissement et contribue à l’étalement urbain. Ils envoient une escouade militaire de la GRC détruire un camp autochtone afin de pouvoir construire un autre ostie de pipeline financé par l’État et les banques, et ce, au moment même où la province est aux prises avec des inondations majeures.

Il faut se rendre à l’évidence que la situation est accablante, mais que le monde commence à se réveiller et, de plus en plus, on se serre les coudes, on se tient en solidarité avec d’autres communautés et on crée des ponts qui n’existaient pas auparavant. On parle de plus en plus de racisme environnemental, par exemple du dépotoir illégal à Kanesatake qui met en danger la santé du peuple et des terres. On voit apparaître des bannières en Palestine occupée en solidarité avec les défenseurs du territoire Wet’suwet’en. Nos mouvements visant l’abolition du capitalisme et de tous les systèmes d’oppression ne cessent de multiplier leurs éclats. On est sur la bonne voie. Nous n’avons plus d’autres choix que de refuser ce système de mort basé sur un travail dont l’intérêt premier est l’enrichissement des bourgeois au coût de la destruction de notre santé physique, mentale et des écosystèmes millénaires infiniment complexes desquels nous sommes dépendants.

Le 1er mai, exprimons notre rage contre le capitalisme. Levons-nous contre ces oppressions, levons-nous contre la destruction et construisons un futur radicalement différent. Prenons la rue, ensemble.

Heure et lieu de rassemblement à venir.




Source: Contrepoints.media