Dans le cadre d’un projet d’exposition multimédia autour des luttes des populations de l’immigration post-coloniale dans l’agglomération lyonnaise depuis les années 70, nous recherchons des personnes ayant été membres ou proches des collectifs Zaâma d’banlieue et/ou JALB (Jeunes Arabes de Lyon et sa Banlieue). Vous pouvez nous contacter sur [email protected]

Fondé en 1979, Zaâma d’banlieue a été créé par quatre jeunes femmes de nationalité ou d’origine algérienne ayant grandi dans des bidonvilles ou dans l’habitat insalubre du centre-ville, puis dans les grands ensembles de la banlieue Est. Ce collectif autonome s’est engagé au début des années 80 contre les contrôles au faciès, les violences policières et les crimes racistes. Les militantes de Zaâma d’banlieue vont également rendre publique les expériences négatives des femmes au sein de l’espace familial, du quartier et de la société dans son ensemble, tout en étant critique du féminisme traditionnel blanc.

Les JALB émergent en 1985, dans la continuité de Zaâma d’banlieue. Le choix de leur nom est volontairement polémique, en opposition à la « beuritude » sous influence des antiracistes chrétiens et moraux et de la marche pour l’égalité et contre le racisme. Inscrit dans l’autonomie et la conflictualité, les JALB situent leurs actions antiracistes dans une perspective critique de la police et de la justice, jusqu’en dans les années 90.

Si vous avec vécu ces luttes ou disposez d’archives sur ces collectifs, n’hésitez pas à nous contacter !


Article publié le 19 Sep 2019 sur Rebellyon.info