Mai 15, 2018
Par Rebellyon
54 visites


Le 11 avril dernier à Lyon, une attaque fasciste, dirigée par une trentaine de membres du Bastion Social dont son président Steven Bissuel et son trésorier, sur cinq militant-es antifascistes, a fait plusieurs blessé-es. Un militant antifasciste a été arrêté. Il risque aujourd’hui d’être incarcéré en détention préventive.

Ces cinq militant·es antifascistes participaient à un concert dans le bar RockNEat (Lyon 9e) estampillé “no fascism, no sexism, no racism”. Après avoir été repérés par cinq membres du Bastion, ils et elles ont décidé de quitter le concert quand ils et elles ont constaté que le vigile et le patron du bar ne voulaient pas réagir et virer les fascistes (« c’est des clients comme les autres »).

À la sortie du bar, les militants du Bastion avaient eu le temps de s’organiser et c’est une trentaine de fascistes qui les attendaient armés de barre de fer, casques, bombes lacrymogenes et tazer. Les cinq antifascistes se sont defendu-es comme ils et elles le pouvaient. Un membre du public venu les aider est reparti avec les pompiers : 16 points de suture au crâne.

Arrivée sur place rapidement, la police a alors arrêté huit fascistes ainsi qu’un des cinq camarades antifascistes. En arrivant au commissariat, ce dernier a subi des violences policières ainsi que des insultes (« sale antifa de merde ») de la part de l’OPJ qui l’interrogeait et d’autres policiers présents. Résultats : une fracture du nez ; et une plainte d’un policier pour… « violences » (en effet la police doit justifier les insultes, les humiliations et la fracture du nez). Enfin, la police essaye aussi de lui rajouter les dégradations que le local du Bastion Social le “Pavillon Noir” à subi la même semaine.

Au jour d’aujourd’hui, le parquet a fait appel de la décision du juge de la liberté et de la détention qui a finalement relaché le camarade et celui-ci risque une détention préventive en attendant son procès. En effet la police et la justice ne le considèrent pas comme victime d’une attaque mais comme l’agresseur. Il est donc convoqué à la Cour d’appel vendredi 18 mai, en même temps que les 5 fascistes qui l’ont agressé, qui sont en liberté. Aucun témoignage de client du bar ou de gens ayant vu la scène n’a pour l’instant été pris en compte par la justice (ne parlons pas de la police).

Un appel au boycott du Bar Le RockNEat, situé au 32 Quai Arloing, Lyon 9e, circule sur la toile.
Dès maintenant nous demandons le maintien en liberté du camarade antifasciste et l’abandon de toutes les poursuites à son encontre.

Pour en savoir plus sur cette attaque voir le communiqué de la GALE. Un pot commun a été ouvert afin d’assurer les frais de justice, accessible ici.

Nous vous appelons toutes et tous à venir le soutenir lors de son procès en appel devant le tribunal des 24 colonnes (1 Rue du Palais de Justice, 69005 Lyon) vendredi 18 mai à partir de 10h. Comme toujours dans ce contexte, il est préférable de venir groupé·es afin de limiter les risques de nouvelles agressions par les fascistes.

FASCISTES HORS DE NOS VI(LL)ES !

La Caisse de solidarité

06.43.08.50.32

caissedesolidarite ([arobas)] riseup.net




Source: