Décembre 8, 2020
Par Paris Luttes
330 visites


Le 10 Novembre a commencé l’expulsion de la forêt de Danni, squattée depuis septembre 2019. De nombreux villages de cabanes perchées, toutes plus ingénieuses les unes que les autres, situées sur le couloir de construction du tronçon d’autoroute A49 sont attaquées et expulsées par la police. L’entreprise Deges a déjà détruit 85 hectares des forêt de Herrenwald, de Maulbach et de Dannenröder. Suite à des appels publics, environ mille personnes sont venues défendre la forêt mais suite à l’intervention quotidienne des flics, plusieurs personnes tombées de haut sont blessé.es, parfois gravement, beaucoup de personnes ont été arrêtées et quelques personnes sont jetées en prison, à l’isolement, entre autres pour avoir refusé de donner leur identité.

En plein milieu de la crise sanitaire, l’entreprise de construction Deges n’hésite pas à procéder à la construction de ce tronçon d’autoroute qui risque de polluer des sources d’eau potables qui desservent 500 000 personnes dans la région. Dans un contexte de réchauffement climatique critique, la décision de l’État Allemand de collaborer avec ce projet pour son profit provoquera la déforestation d’une partie de la réserve naturelle de la zone de Danni où plus de 1000 hectares de terres sont cultivés depuis plus de 300 ans. En envoyant des centaines de flics occuper la zone, procéder à l’expulsion et à la déforestation en même temps, l’État se met comme toujours au service de ceux qui recherche à tout prix à faire du biff sur nos vies.

Cette décision ne nous surprend pas et réaffirme notre volonté de lutter contre le capital et pour une écologie radicale, sans concessions !

Nous qui vivons en ville, exprimons notre solidarité la plus chaleureuse aux rebelles de la forêt, et n’oublions pas que si nos luttes prennent des formes différentes, elles se retrouvent sans aucun doute dans des pratiques communes, celles des groupes auto-organisés, des barricades et des assemblées horizontales, tous et toutes alliées contre l’oppression, l’exploitation, et pour la liberté !

Envoyez-nous vos photos de pancartes ou banderoles de soutien aux camarades de Danni à [email protected], en nous précisant si vous voulez que les photos leur soient juste transmises aux ami.es ou si on peut aussi les publier sur internet !

Nique le bitume et que brûlent leurs nacelles !

Qui sème la misère récolte une volée de pierres, écolo, déter et révolutionnaire !

Pour suivre ce qui s’y passe, suivez le #dannibleibt sur twitter (« Danni restera »)




Source: Paris-luttes.info