Depuis 15 jours, les prisonniers de Condé-sur-Sarthe subissent les blocages des matons. Les proches et les familles n’ont plus de contact avec les prisonniers. Le vendredi 22 mars, les familles vont revendiquer leur droit à voir leurs proches.

Depuis le 5 mars, des surveillants bloquent la prison de Condé sur Sarthe.

Les conditions de détentions sont encore plus inhumaines qu’au quotidien. Les prisonniers sont enfermés dans leur cellule toute la journée : pas de promenade, pas d’accès au travail (ce qui engendrera des manques de moyen pour cantiner le mois prochain). Ils ne mangent qu’une fois par jour (une baguette et une boîte de thon, et pour certain une portion de riz pour trois jours). Il n’y a pas non plus de cantine (la cantine, c’est le magasin interne de la prison où les prisonniers peuvent acheter de la nourriture ou des cigarettes à des tarifs plus élevés qu’à l’extérieur). Certains, on le droit à leurs cigarettes mais pas tous. Enfin, les poubelles s’entassent dans les cellules car les déchets ne sont pas récupérés…

A l’extérieur, les familles et les proches n’ont plus accès aux parloirs. Beaucoup des familles et proches n’ont aucune nouvelle et sont très inquiets. Pour les rares qui réussissent à avoir des nouvelles, les témoignages de leur proche sont glaçant. Ils racontent la séquestration dans les cellules. Ils décrivent l’état de nerf et le stress des ERIS qui « gèrent » la prison depuis deux semaines. Quand on sait, que ces ERIS ont été entraîné par le GIGN, et sont armés de la même manière, ça fait froid dans le dos. Les familles et les proches n’ont pas besoin de plus d’explication pour comprendre l’ambiance qui règne à Condé sur Sarthe. Ils sont déjà entrés à sept dans une cellule…

Nous, le syndicat PRP, composé de proches et d’anciens prisonnier.e.s, avons peur qu’un drame ne se répète. Nous avons donc décidé de ne pas les laisser faire sans rien dire, de ne plus nous inquiéter pour nos proches en silence.

Le vendredi 22 mars, pour le début des parloirs à 13h. Nous appelons à un rassemblement devant la prison de Condé sur Sarthe afin que nous puissions entrer voir nos proches. Nous avons besoin de monde pour nous soutenir.

Adresse de la prison de Condé sur Sarthe : Rue du Pont Percé, 61250 Condé-sur-Sarthe

Pour s’y rendre en transport en commun : C’est la merde, comme toute taule isolée… Il y a bien une navette depuis la gare pour les proches. Mais il faut peut être éviter de la saturer par des personnes qui n’ont pas parloir.

Pour plus d’infos, l’envolée a publié un texte : Le vrai « drame de Condé-sur-sarthe », c’est son existence même.