Avril 8, 2021
Par Rebellyon
216 visites


Malgré les promesses de la Métropole de « 0 remises à la rue », son bailleur public Grand Lyon Habitat demande une expulsion sans délai pour les habitant·e·s du squat le Maria Carré, malgré une extension de la trêve hivernale jusqu’au 31 mai. Plusieurs dizaines de personnes, dont de nombreuses familles avec enfants, risquent de se retrouver à la rue. Appel à soutien devant le tribunal de Lyon (67 rue Servient, 69003) vendredi 9 avril dès 8h30 pour le procès.

Par le biais de son bailleur public Grand Lyon Habitat, la Métropole de Lyon, tenue par « la gauche » et « les écolos » s’apprête à remettre à la rue l’un des squats les plus peuplés de Lyon. Dans l’assignation au procès, iels réclament une expulsion sans délai et une suppression de la trêve hivernale, prévue par la loi pour protéger les plus démuni.e.s.

En plein 3e confinement, dans cette situation sanitaire et sociale catastrophique, alors que les inégalités ne font que s’accroître, et que la précarité flambe, les habitant.e.s sont menacé.e.s, sans aucune solution de relogement en vue.

Les autorités interdisent récemment tout rassemblement contre les expulsions, les rassemblements contre le fascisme, expulsent sans vergogne et illégalement des squats ! Nous ne devons pas laisser les habitant.e.s seul.e.s face aux menaces de la Métropole.

Leur procès se tiendra à 9h le vendredi 9 avril au Palais de justice de Lyon, 67 rue Servient. Donc rendez-vous sur place dès 8h30 pour dénoncer les agissements de la Métropole et exiger que personne ne soit expulsé à la rue.




Source: Rebellyon.info