Appel à amener des perspectives révolutionnaires et intersectionnelles à la manifestion pour l’abolition de l’élevage le 28 juillet prochain à Berne.

Les animaux d’élevage vivent une oppression systématique : ils sont enfermés, exposés à l’arbitraire humain toute leur vie et vivent dans des circonstances qui ne tiennent souvent pas compte de leurs besoins individuels. Quand ils ne sont plus assez productifs ou au moment d’être transformés en marchandise, ils sont implacablement mis à mort. Il n’y pas de forme d’élevage tolérable, même si les cages sont rendues plus spacieuses, qu’on accorde aux animaux la possibilité d’être en plein air ou d’avoir un mort indolore. L’élevage est et restera toujours problématique. La seule issue souhaitable à l’élevage est son abolition.

Ce traitement brutal infligé aux animaux d’élevage est rendu possible par le fait que nous vivons dans une société spéciste. Spécisme qui amène certains et certaines à se penser supérieur-es, à enfermer, exploiter et tuer d’autres qui essayent pourtant comme eux et elles de vivre libres et sans souffrance. Tout ça par le simple fait qu’il n’y a prétendument que l’humanité qui compte vraiment et donc que ces êtres inférieurs ne seraient bons qu’à nous servir puisqu’ils ne font pas partie de la bonne espèce, ils ne sont pas humain-es.

L’importance de la lutte antispéciste réside dans le fait qu’elle s’oppose à cet ordre des choses intolérable. Mais l’antispécisme ne doit pas prendre uniquement en compte la cause des animaux non-humains. Il doit faire partie d’un combat plus grand et adopter une approche révolutionnaire. Il n’y a pas de fin à l’exploitation animale envisageable sans un changement fondamental de société. La libération animale aura lieu conjointement à l’abolition du capitalisme, des frontières et des États, des oppressions sexistes et racistes, ainsi que de toutes les autres formes de discriminations entre humain-e-s, qui font actuellement de l’injustice une banalité. Cela signifie notamment qu’il ne doit pas y avoir de place au sein du mouvement pour des tendances de droite, ou d’extrême droite et qu’il est nécessaire de les combattre activement.

Nous appelons donc à venir à cette manifestation et d’y amener vos perspectives révolutionnaires et intersectionnelles. Pour un monde sans domination pour les animaux humains et non-humains !

Quand : samedi 28 juillet 2018 à 13:00 heures

Où : Waisenhausplatz, Berne

Abolissons l’élevage

Unissons nos luttes

Contre toutes les dominations