Janvier 23, 2022
Par Crame Ton CRA (Lyon)
66 visites

Samedi 12/02
14h aux Palais de Justice des  24 colonnes

Le contexte Ă©lectoral actuel, saturĂ© par les mots d’ordre des extrĂȘmes droites, renforce et lĂ©gitime encore plus que d’habitude les discours sĂ©curitaires. La rĂ©pression policiĂšre et les violences d’Etat ne cessent d’augmenter; notamment envers les classes populaires,  les personnes racisĂ©.es, et les personnes sans-papiers.
L’Etat dĂ©pense des millions  pour le surarmement de sa police, la multiplication des contrĂŽles et des rafles, la rĂ©pression des mouvements sociaux, le dĂ©veloppement des technologies de surveillance et la construction de nouveaux lieux d’enfermement.

En prison, un.e dĂ©tenu.e meurt tous les trois jours en France pour des causes multiples : suicide, passage Ă  tabac, refus d’assistance mĂ©dicale

Les prisons sont au coeur d’un systĂšme pĂ©nal injuste, classiste et raciste. Sous prĂ©texte d’assurer la protection de la population, isolent et traumatisent ceux et celles qui y sont condamnĂ©es, sans visĂ©e transformatrice. Bien au contraire,  elles rĂ©pĂštent et perpĂ©tuent les inĂ©galitĂ©s et marginalisations de nos sociĂ©tĂ©s

Le maintien de l’ordre et le systĂšme punitif sont tous deux fermement ancrĂ©s dans le racisme comme le dĂ©montrent les rĂ©centes lois islamophobes, la gestion nĂ©ocolonialiste des quartiers populaires, la surreprĂ©sentation des personnes racisĂ©es dans les prisons et la criminalisation des sans-papiers, dans et hors des CRA.

Les Centres de RĂ©tention Administrative sont des prisons oĂč l’État enferme jusqu’à 90 jours les personnes qu’il considĂšre comme irrĂ©guliĂšres sur le territoire français parce qu’elles n’ont pas les « bons » papiers selon l’Etat français. Prisons et CRA s’entretiennent mutuellement; ils s’inscrivent dans la boucle infernale des rafles, des chasses Ă  l’homme, des contrĂŽles au faciĂšs et des politiques migratoires.

A l’intĂ©rieur des 25 CRA et des 187 Ă©tablissements pĂ©nitenciers en France, les violences sont quotidiennes : policiĂšres, mĂ©dicales et administratives, elles sont invisibilisĂ©es et visent Ă  marquer les corps et les esprits afin de les soumettre et de les discipliner.
Face Ă  cette situation, les luttes Ă  l’intĂ©rieur sont permanentes et prennent des formes multiples :  grĂšves de la faim, refus de promenade, blocages de chambres, automutilations, incendies
 Ces derniers temps, de nombreux mouvements de rĂ©volte ont Ă©clatĂ© dans les CRA (Paris, Lyon et Lille) et les prisons (Uzerche, Longuenesse, Toul-Ecrouves et Grasse) pour dĂ©noncer l’absence de mesures face Ă  la crise sanitaire, et revendiquer ainsi la libĂ©ration immĂ©diate de tous.tes les prisonni.Ăšres.

Avec les diffĂ©rents projets de construction, de rĂ©novation et d’extension des CRA et des prisons, le nombre de places d’enfermement ne cesse d’augmenter, alimentant ainsi le business de beaucoup d’entreprises privĂ©es et d’associations qui se font du fric sur le dos des prisonni.Ăšres.
A Lyon, un nouveau CRA,  situĂ© prĂšs de l’aĂ©roport de Saint-ExupĂ©ry,  a ouvert dĂ©but janvier et a doublĂ© la capacitĂ© d’enfermement dans la rĂ©gion RhĂŽne-Alpes-Auvergne.

Les frontiĂšres tuent, les prisons tuent , les CRA tuent. Depuis septembre 2020  : Majid, suicidĂ© le lundi 24 novembre au CRA de Oissel,  Wissem, enfermĂ© dans le CPR de Rome et mort le 3 dĂ©cembre, Fitim Uka,   suicidĂ© dans le sous-sol du palais de justice de Bordeaux le 15 dĂ©cembre, Idir Mederres, dĂ©cĂ©dĂ© le 9 Septembre 2020 au mitard de la prison de Lyon Corbas. Toufik Belrhitri, dĂ©cĂ©dĂ© Ă  la prison de Perpignan le 18 Octobre 2020. Jules, dĂ©cĂ©dĂ© au mitard de la prison de Seysses dans la nuit du 5 au 6 DĂ©cembre 2020. Un homme, dĂ©cĂ©dĂ© au mitard de la prison de RĂ©mire-Montjoly le 27 Avril 2020. Une femme, dĂ©cĂ©dĂ©e au quartier d’isolement de la prison de Gradignan le 18 Juillet 2020. Alexis, dĂ©cĂ©dĂ© au quartier d’isolement de la prison de Roanne le 18 Juillet 2020. Un homme, dĂ©cĂ©dĂ© au mitard de la prison de Gradignan le 6 Janvier 2021. Jimony Rousseau, dĂ©cĂ©dĂ© le 2 FĂ©vrier 2021 dans la prison de MĂ©aux-Chauconin. Sacha, dĂ©cĂ©dĂ© le 27 Avril 2021 au mitard de la prison de Saint-Brieuc. Un homme, dĂ©cĂ©dĂ© le 23 Juin 2021 Ă  la prison de Villepinte. Un homme, dĂ©cĂ©dĂ© le 13 AoĂ»t 2021 Ă  la prison de Fleury-MĂ©rogis. Un homme, dĂ©cĂ©dĂ© le 21 Novembre 2021 Ă  la prison de Strasbourg. Une femme, dĂ©cĂ©dĂ©e dans la nuit du Jeudi 10 au Vendredi 11 DĂ©cembre 2021 Ă  la prison de Gradignan. Un homme, dĂ©cĂ©dĂ© le 30 DĂ©cembre 2021 Ă  la prison de Brigue. Yassin Mebarkia est mort le lundi 3 janvier 2022 Ă  la maison d’arrĂȘt de Villefranche-sur-SaĂŽne. Tousâž±tes les autres, tuĂ©.es pendant leur enfermement.

L’Etat français est responsable de ces morts :  pas de justice, pas de paix.

Luttons et organisons nous :

contre les cra
contre l’enfermement
contre les violences policiĂšres, pĂ©nitentiaires et pĂ©nales
contre le racisme
contre les rafles et les controles d’identitĂ©
contre les expulsions
contre la construction du nouveau cra et les entreprises qui y collaborent
contre les frontiĂšres et pour la rĂ©gularisation de toustes
contre les violences Ă  l’égard des manifestantxs

RDV  samedi 12/02 Ă  14h au Palais de Justice   des  24 colonnes




Source: Crametoncralyon.noblogs.org