Décembre 20, 2020
Par L'envolée
366 visites


Nous relayons cette lettre d’une proche d’un prisonnier enfermé à la Maison d’Arrêt d’Angoulême où il subit des traitements dégradants et violents et où, sans aucun accès aux soins, il est en danger permanent.

Monsieur,

Je soutiens un détenu, Mr H. Y., à la Maison d’Arrêt d’Angoulême.

Voici les conditions de sa détention : il a subi des mauvais traitements, on lui fait boire l’eau des wc, c’est ça ou rien, disent les surveillants. Pour les douches, 2 fois par semaine et encore, quand celles-ci sont propres et c’est peu dire ! son courrier n’est pas envoyé, ni à son avocate, ni à la SPIP, ni ailleurs. Ces médicaments lui sont donnés au compte-goutte. Il a très mal au dos, attend un RDV pour ses dents et ses yeux depuis 4 ans et demi. Son état de santé se dégrade. Sa prise de sang n’est pas bonne, il a du cholestérol, des GMGT. Il voudrait être transféré, il n’est pas à sa place dans cette maison d’arrêt.

A chaque parloir avec sa mère, il a une fouille à nu, fouille de vêtements, même le caleçon est mis à l’envers, ils le laissent nus devant une glace à la vue des surveillants, c’est humiliant ! les cantines il y a des manquants : les jeux de société, livres, jeux de dés, pinceaux pour son activité dessin. Tout ce que je lui remets m’est retourné : refusé par le propriétaire. Faux – archi faux. Les paquets sont neufs sans blister. Tout me revient. Pourquoi le priver de ces objets qui améliorent le quotidien ?

Ils sont trop dans les cellules, 5 dans une cellule de 4. L’autre dort au sol sur un matelas devant la porte.

La Maison d’Arrêt ne prévient pas la famille ne cas de problèmes graves. C’est une honte, il faut écrire au directeur ! il a le temps de mourir 20 fois. Il voudrait aller en SMPR ou en VHSI. On l’a forcé à quitter l’iso où il était, on lui a fait signer un document « pour travaux », faux. Ils ont mis quelqu’un à sa place.

Je m’étais renseignée pour une formation de pâtissier, c’est sa passion, a-t-il reçu la documentation ? il veut s’en sortir et on lui met des bâtons dans les roues. Je lui verse un petit peu chaque mois pour améliorer son quotidien, et bien ils lui prélèvent une somme qui lui sera remise à sa sortie. C’est maintenant qu’il en a besoin, pas après. Actuellement il est dans une cellule sans chauffage. Il n’a pas de vêtements chauds à froid, a beaucoup maigri. Il a des marques de coups au dos, aux bras, des strangulations. Il n’en peut plus. C’est un appel au secours. Il a fait déjà beaucoup de tentatives de suicides.

Il est au bout du rouleau, n’est pas entendu. Seule son avocate se démène pour trouver une solution. Je le soutiens également comme je peux. Que pouvons nous faire ? à l’aide ! Merci

Cordialement,

Nous relayons cette lettre d’une proche d’un prisonnier enfermé à la Maison d’Arrêt d’Angoulême où il subit des traitements dégradants et violents et où, sans aucun accès aux soins, il est en danger permanent.

Monsieur,

Je soutiens un détenu, Mr H. Y., à la Maison d’Arrêt d’Angoulême.

Voici les conditions de sa détention : il a subi des mauvais traitements, on lui fait boire l’eau des wc, c’est ça ou rien, disent les surveillants. Pour les douches, 2 fois par semaine et encore, quand celles-ci sont propres et c’est peu dire ! son courrier n’est pas envoyé, ni à son avocate, ni à la SPIP, ni ailleurs. Ces médicaments lui sont donnés au compte-goutte. Il a très mal au dos, attend un RDV pour ses dents et ses yeux depuis 4 ans et demi. Son état de santé se dégrade. Sa prise de sang n’est pas bonne, il a du cholestérol, des GMGT. Il voudrait être transféré, il n’est pas à sa place dans cette maison d’arrêt.

A chaque parloir avec sa mère, il a une fouille à nu, fouille de vêtements, même le caleçon est mis à l’envers, ils le laissent nus devant une glace à la vue des surveillants, c’est humiliant ! les cantines il y a des manquants : les jeux de société, livres, jeux de dés, pinceaux pour son activité dessin. Tout ce que je lui remets m’est retourné : refusé par le propriétaire. Faux – archi faux. Les paquets sont neufs sans blister. Tout me revient. Pourquoi le priver de ces objets qui améliorent le quotidien ?

Ils sont trop dans les cellules, 5 dans une cellule de 4. L’autre dort au sol sur un matelas devant la porte.

La Maison d’Arrêt ne prévient pas la famille ne cas de problèmes graves. C’est une honte, il faut écrire au directeur ! il a le temps de mourir 20 fois. Il voudrait aller en SMPR ou en VHSI. On l’a forcé à quitter l’iso où il était, on lui a fait signer un document « pour travaux », faux. Ils ont mis quelqu’un à sa place.

Je m’étais renseignée pour une formation de pâtissier, c’est sa passion, a-t-il reçu la documentation ? il veut s’en sortir et on lui met des bâtons dans les roues. Je lui verse un petit peu chaque mois pour améliorer son quotidien, et bien ils lui prélèvent une somme qui lui sera remise à sa sortie. C’est maintenant qu’il en a besoin, pas après. Actuellement il est dans une cellule sans chauffage. Il n’a pas de vêtements chauds à froid, a beaucoup maigri. Il a des marques de coups au dos, aux bras, des strangulations. Il n’en peut plus. C’est un appel au secours. Il a fait déjà beaucoup de tentatives de suicides.

Il est au bout du rouleau, n’est pas entendu. Seule son avocate se démène pour trouver une solution. Je le soutiens également comme je peux. Que pouvons nous faire ? à l’aide ! Merci

Cordialement,




Source: Lenvolee.net