Novembre 30, 2020
Par Union Syndicale Solidaires
331 visites


Ce samedi 28 novembre, un rassemblement a débuté à 11 heures place de la République à Lille, à l’appel de plusieurs organisations dont l’Union syndicale Solidaires Nord, rejointes par d’autres organisations à 13h : il s’agissait de dénoncer l’atteinte aux libertés, dont celle de la presse, prévue par le texte de loi dit « de Sécurité globale » du ministre de l’Intérieur, que le Parlement est en train d’entériner.

Dans une large unité, des syndicats, des collectifs, des associations et d’autres organisations ont appelé à élargir la dénonciation de ce texte liberticide : celui-ci porte atteinte à la liberté d’informer, mais aussi à la liberté de manifester, et renforce les moyens de réprimer toute contestation. Il aurait pour conséquence de fournir un pouvoir excessif, et une impunité totale, à une police qui se sent souvent au-dessus des lois, au point de dissimuler, violenter, mutiler, voire de tuer, comme cela est déjà arrivé – précisément parce qu’elle n’est pas assez contrôlée. Les dérives constatées, déjà plus qu’inquiétantes depuis longtemps, s’aggraveraient encore. Car le gouvernement des riches n’a qu’une seule devise pour les travailleurs/ses : « travaille, consomme, obéis et ferme ta gueule ». Il craint de toute évidence l’aspiration légitime à la liberté et à l’égalité, et s’organise pour contenir voire écraser toute protestation… quitte à lâcher davantage encore la bride à la police.

Un rassemblement massif dans une large unité

A Lille, à partir de 13h, le rassemblement est devenu massif : 4 000 personnes environ ont rejoint la place de la République pour exprimer par des slogans, des chants et des pancartes leur opposition catégorique à la dérive autoritaire en cours. Plusieurs organisations syndicales et collectifs ont pris la parole. L’unité et la détermination étaient évidentes.

Lalande pire que Lallement ?

La plupart des personnes rassemblées ont ensuite commencé à exercer leur droit fondamental à manifester. Mais le préfet du Nord, Lalande, ne l’entendait pas ainsi : le déploiement inconsidéré de forces répressives en tous genres s’est positionné de façon à nasser la place de la République. Face à la détermination à exercer un droit fondamental, le préfet Lalande a répondu selon sa conception de la démocratie : le tir de gaz lacrymogène sur des manifestant·e·s et l’usage de la force.

Le droit de manifester a pu s’exercer à Paris aujourd’hui. A Lille, le préfet du Nord, coutumier de dispositifs répressifs qui violentent les manifestations, semble ne plus le reconnaître du tout. Il a une nouvelle fois montré qu’il n’était pas là pour faire respecter les libertés fondamentales. Il va jusqu’à attendre le plus tard possible pour refuser la manifestation de façon à empêcher tout recours administratif en urgence. A entraver ainsi la liberté d’expression et la défense des libertés, le préfet prend la responsabilité des conséquences.

Contre la loi Sécurité globale, une détermination totale !

L’Union syndicale Solidaires Nord maintient l’expression de son opposition claire et nette à cette loi infâme. Poursuivons toutes et tous la lutte, dans l’unité, jusqu’à son abrogation !

PNG

_________________________________________

Union syndicale interprofessionnelle départementale Solidaires Nord

Bourse du Travail, 174 boulevard de l’Usine, 59000 Lille Fives

[email protected] 03 20 48 64 37

https://www.facebook.com/Solidaires59

https://solidaires.org/Solidaires-Nord-59




Source: Solidaires.org