Janvier 7, 2022
Par infokiosques
324 visites

“Je résume ?

Le psychiatre qui m’a suivi pendant mon hospi en clinique psy pour
anorexie était un crevard ; la clinique n’a fait que remplir la mission
de rendre mon corps de nouveau appréciable pour que des mecs puissent
l’utiliser ; aujourd’hui encore reste imprimée l’idée que je pourrais
« contaminer » des gentes si j’en parle. Et en plus, quand je veux en
parler, je ne trouve pas beaucoup d’écrits théoriques féministes
là-dessus pour m’adosser à du solide.

Une fois la colère redécouverte après de nombreuses années, je me suis
dit qu’il fallait que j’écrive tout ça, puisqu’en parler ça reste
compliqué. Donc j’écris ce dont je me souviens des conditions pratiques
de mon hospitalisation et j’écris ce que je pense, au prisme du
féminisme, de la façon dont a été pris en charge le « soin » dans la
clinique. C’est pas très rigolo, c’est empreint de domination
patriarcale. Mais peut-être que si on est plusieurs à en parler on
pourra faire un truc ensemble ?

En quelques points :

1. Mon vécu à l’HP et autour

2. Des points qui me posent problème

2.1 Il faut d’abord faire attention à soi pour faire attention aux autres

2.2 Ça ne sert à rien de recherche l’origine de l’anorexie

2.3 Normes physiques

2.4 L’art-thérapie

2.5 Norme hétérosexuelle et hétéropatriarcat

2.6 Le corps contrôlé par moi même ?

3. Une conclusion ?”




Source: Infokiosques.net