Octobre 25, 2020
Par Contretemps
0 visites


Nous avons reçu cette annonce de lancement d’une nouvelle revue d’histoire du mouvement ouvrier, intitulée « Mouvement ouvrier, lutte de classes et révolutions (revue d’histoire) », dont nous nous réjouissons. 

***

Pourquoi une nouvelle revue d’histoire du mouvement ouvrier ?

Si l’histoire et la mémoire sont fréquemment évoquées dans la presse et dans les discours, celles du mouvement ouvrier y sont quasiment inexistantes. Rares sont les revues qui se consacrent à cet aspect majeur de l’histoire contemporaine. La revue Mouvement ouvrier, lutte de classes et révolutions (revue d’histoire) se propose de combler cette lacune.

Son comité de rédaction, composé d’historiens, d’enseignants et de militants vise, en effet, à défendre et à faire connaître la mémoire et l’histoire du mouvement ouvrier, de ses courants, de ses victoires comme de ses défaites. Pluraliste et attaché à la démocratie ouvrière, il acceptera l’échange, la contradiction et le débat, en écartant tout ce qui relève de la distorsion des faits et de l’instrumentalisation de l’histoire.

La revue traitera des combats du mouvement ouvrier qui s’inscrivent dans la lutte séculaire des opprimés contre leurs oppresseurs et dans la continuité des mouvements de pensée et des révolutions qui ont contribué à l’émancipation de l’humanité. De Spartacus aux mouvements anti-impérialistes, des Lumières aux quatre Internationales ouvrières, de la Commune de Paris aux révolutions russe, espagnole et hongroise, elle abordera tous les thèmes, tous les événements, toutes les figures historiques s’y rattachant. La lutte de classes étant internationale, elle s’attachera à évoquer le mouvement ouvrier sur les cinq continents. Ses colonnes seront donc ouvertes à des historiens et à des militants d’autres pays.

Minorée ou calomniée par l’historiographie bourgeoise, l’histoire du mouvement ouvrier a été particulièrement marquée au XXe siècle par les monstrueuses falsifications staliniennes. Elles furent le prélude à l’extermination physique de courants entiers du mouvement ouvrier – parmi lesquels des communistes de différentes tendances et notamment les partisans de Trotsky et de la IVe Internationale, mais aussi des socialistes et des anarchistes. Une des tâches de notre revue sera de rétablir la vérité historique sur les victimes de ces falsifications.

Revue d’histoire, comme le précise son sous-titre, Mouvement ouvrier, lutte de classes et révolutions peut traiter d’événements récents mais elle s’interdit les « sujets d’actualité » à la mode qui instrumentalisent l’histoire plus qu’ils ne la servent et soulèvent des polémiques qui n’ont de scientifique que l’apparence.

Pluraliste, cette revue n’est rattachée à aucun regroupement politique, les membres de son comité de rédaction pouvant avoir par ailleurs leurs propres engagements. Elle est destinée au public le plus large. Non seulement aux historiens, mais aux salariés, aux étudiants, aux militants, à tous les passionnés d’histoire, à tous ceux qui considèrent le savoir comme un outil d’émancipation, à tous ceux qui, en dépit de l’obscurantisme ambiant, n’ont pas renoncé à apprendre, elle n’a d’autre ambition que d’offrir une histoire honnête, purgée des falsifications accumulées des décennies durant.

Cette revue sera votre revue. Comme vous ne l’ignorez pas, en histoire comme en politique, le nerf de la guerre reste l’argent. Soucieux de notre indépendance, nous n’y intégrerons aucun encart publicitaire. Elle sera financée par ses lecteurs, en premier lieu par les abonnements. En conclusion, abonnez-vous au plus vite !

Michel Lefebvre, enseignant d’histoire-géographie ; Éric Aunoble, historien (université de Genève) ; Rémy Janneau, professeur d’histoire ; Jean-Pierre Plisson, photographe ; Gisèle Grammare, artiste plasticienne et universitaire ; Roger Revuz, agrégé d’histoire-géographie ; Alain Cuenot, historien ; Jean-Numa Ducange, professeur d’histoire (université de Rouen) ; Jean-Pierre Molénat, historien ; Dominique Ferré, rédacteur et militant ; Hervé Chuberre, militant syndical et politique, professeur à l’ENSSAT (Rennes I – Lannion) ; Pierre Cise, économiste ; Loïc Le Bars, historien ; Donna Kesselman, universitaire, sociologue du travail ; François de Massot, président du CERMTRI de 1989 à 2015

***

Mouvement ouvrier, lutte de classes et révolutions (revue d’histoire)

Sommaire du №1 (fin 2020) : 

Bicentenaire de la naissance de Friedrich Engels

– Engels : Un portrait (Jérémie Daire)

– Engels et le républicanisme(Jean-Numa Ducange)

– Engels et la question de la femme(Alain Cuenot)

– Le socialisme utopique, antithèse du «scientifique» ?(Pierre-Henri Lagedamon)

– Retours sur «La guerre des paysans en Allemagne » (Rachel Renault)

– Sur «Dialectique de la nature»(Jean Quétier)

– Quelques parutions récentes en Allemagne sur Engels(Jean Numa Ducange)

– Sur le livre «Engels. Le gentleman révolutionnaire» de Tristram Hunt(Roger Revuz)

Varia

– Naissance et développement de la grève en France dans les années 1860(Julien Grimaud)

– Benjamin Péret, homme d’un seul tenant (Jean-Pierre Plisson)

– Le trotskisme en Chine : Sur les derniers écrits de Chen Duxiu (Rémy Janneau)

– Les débuts du mouvement ouvrier en Chine(Apo Leong)

– L assassinat de Trotski (Vadim Rogovine)

– Buffon et l’âge biblique de la Terre (Hervé Chuberre)

L’inconnu·e du Maitron (Julien Chuzeville)

Lu, Vu…

– Trotski et ses camarades d’Aleksandr Reznik

– La loyauté à tout prix de Sonia Combe

– Autour du massacre de Peterloo (1819)…

Pour s’abonner, télécharger le document suivant

Illustration : manifestation durant la Révolution portugaise. 

(Visited 267 times, 46 visits today)



Source: Contretemps.eu