Juillet 6, 2022
Par Squat.net
165 visites

La gentrification ne se produit pas comme ça, par hasard. C’est le rĂ©sultat direct des politiques de l’État et du systĂšme dans lequel nous vivons: les grandes entreprises voient dans un quartier un potentiel pour se faire de l’argent, et l’État leur crĂ©e un espace pour le faire. Les logements sociaux sont vendus et deviennent des logements privĂ©s, des magasins plus chers sont ouverts, et bientĂŽt les rĂ©sidents d’origine se rendent compte qu’ils n’ont plus les moyens de vivre dans leur quartier. De plus en plus de personnes Ă  faible revenu, en particulier les personnes de couleur et les migrant.es, sont forcĂ©es de se dĂ©placer Ă  la pĂ©riphĂ©rie de la ville, et les plus riches prennent leur place. Les espaces publics ne sont plus publics, mais seulement abordables pour les personnes Ă  revenu Ă©levĂ©. La gentrification ne rĂ©sout pas la pauvretĂ©, mais la crĂ©e, tout en la dĂ©plaçant hors de la vue des plus riches et des touristes.

Le 13 juin, nous avons squattĂ© un bĂątiment abandonnĂ© appartenant Ă  la municipalitĂ© dans le quartier De Pijp, l’un des quartiers les plus gentrifiĂ©s d’Amsterdam. En plus de loger des gens, nous crĂ©ons un espace dont nous avons grand besoin et qui ne tourne pas autour de l’argent. Nous offrons un endroit oĂč les gens peuvent se dĂ©tendre, boire du cafĂ© et du thĂ©, ou profiter de la nourriture gratuite, ainsi que d’un magasin gratuit oĂč les gens peuvent apporter et/ou prendre des vĂȘtements, et un endroit oĂč faire la lessive pour celles et ceux qui n’ont pas les moyens de la laver ailleurs. Nous prenons des mesures directes contre l’embourgeoisement, plutĂŽt que d’attendre que la municipalitĂ© rĂšgle les problĂšmes que ses propres politiques ont contribuĂ© Ă  crĂ©er.

Malheureusement, la municipalité a décidé de porter plainte et tente de nous expulser. TrÚs probablement, nous devrons quitter notre bel endroit le 14 juillet prochain.

Nous ne partirons pas en silence. Nous voulons faire du bruit contre la gentrification, et de l’action directe par le squat. Nous Ă©couterons quelques prises de parole, nous nous manifesterons dans le quartier De Pijp, puis nous nous dĂ©lecterons de soupe et de musique.

Les migrant.es ne sont pas Ă  blĂąmer pour le manque de logements abordables, c’est le systĂšme injuste dans lequel nous vivons qui est responsable de cette situation. Si vous ĂȘtes pas d’accord, vous n’ĂȘtes pas les bienvenu.e.s et nous vous demandons de rester Ă  la maison. Si vous ĂȘtes d’accord, alors venez montrer votre soutien et faites entendre vos voix aux gentrifieurs. Des maisons pour les gens, pas pour le profit!

R.A.A.K. (Radikale Anti Anti Kraak)
Amsterdam, Pays-Bas
raak [at] riseup [dot] net

[Traduit de la version anglaise / Version originale en néerlandais.]




Source: Fr.squat.net